Chronique du 150e

par Jocelyne Rioux 

 

C’est une agréable tâche qui m’incombe que d’écrire une chronique où le sentiment d’appartenance à mon coin natal n’a d’égal que ma fierté d’y habiter. Revisiter trop brièvement, hélas, les événements marquants de notre municipalité, parcourir nos lieux pittoresques et citer les noms d’hommes et de femmes qui sont au cœur de certaines pages de notre histoire ne peut libérer en moi qu’enthousiasme, exaltation, et nostalgie. Que nous soyons de la génération des baby-boomers, X, Y ou des milléniaux, nous avons tous, certes, un devoir de mémoire et de reconnaissance envers ceux qui nous ont précédés, mais aussi, une obligation morale d’écrire à l’encre d’or les prochains tomes de notre trilogie. Que dis-je? De notre best-seller. 

Avec les années, Saint-Ulric a changé son paysage, fait place à de nouveaux visages et voit apparaître sous sa rubrique des résidents, des noms à connotation étrangère à son origine. Je pense entre autres aux Aubertin, Bélizaire, Galibois, Garot, Guillon, Deglaire, Maquet, Perez, Reichenbach et j’en passe. Je me plais à croire que Saint-Ulric est une terre d’accueil invitante, attrayante et fondamentalement remplie d’un fort potentiel de développement pour les nouvelles familles et pour les ainés. 

Les Fêtes du 150e marqueront le début d’un nouveau chapitre de notre histoire. Ensemble, durant cette année charnière, nous façonnerons des souvenirs pour les futures générations et nous lèguerons à notre chère descendance un héritage riche en valeurs humaines en immortalisant et en enracinant le sens du devoir, de la solidarité, de l’engagement, du dépassement, de la générosité et de la fête. Soyons inscrits dans le prologue de ce fabuleux récit des Ulricois d’aujourd’hui en participant de quelques façons que ce soit aux Fêtes du 150e. 

Programmation 

Les activités entourant les Fêtes du 150e se tiendront tout au long de l’année. Toutefois, trois grands rassemblements sont prévus pour les fins de semaine du 15 et 16 février, du 6 et 7 juillet et du 31 août, 1er et 2 septembre. Nous sommes très fébriles à l’idée de vous dévoiler la programmation officielle d’ici la fin d’année. 

Photos de mariage 

Une banque de photos de mariage pour les couples qui se sont mariés à Saint-Ulric est en développement. Nous sommes à la recherche de ces photos pour une projection qui aura lieu à la fête de l’Amour en juillet 2019. Nous vous invitons à faire parvenir les vôtres, celles de vos parents ou grands-parents soit par courriel à lucette.l@globetrotter.net ou rejoindre Lucette Lavoie par téléphone au 418 737-9686. Prenez soin d’y inscrire la date du mariage, les noms et prénoms du couple. 

«Les souvenirs se promènent dans la mémoire et nichent dans le cœur». Anne Barratin. 

Ô juilletau bouquet exquis de liberté, toi qui me berces de tes doux souvenirs de vacances sur le bord de la grève, savourant une tartine de Paris pâté accompagnée d’une orangeade SolexEt même, s’il y avait des petits grains de sable dedans, parce que je l’avais maladroitement échappée en m’émerveillant devant les beautés de la mer; ça goûtait le bonheur! À hauteur d’enfantje sautais sur la «track» de chemin de fer pour finalement m’asseoir sur la galerie de la gare pour écouter religieusement Gaétane Desrosiers, à la voix d’un rossignol, chanter «Tu m’as voulue, tu m’as eue…», en attendant patiemment le petit «pompeur» arriver avec, à son bord, Marcel MichaudDenis Sirois, les frères Lamarre… 

1940. Procession de la fête Dieu. Les garçons à gauche, les filles à droite. Auteur inconnu. Collection Anne-Marie Michaud.

Publicités

Chronique du 150e

par Jocelyne Rioux

À l’approche de la fête des Pères, ne conviendrait-il pas d’écrire une chronique rendant hommage aux hommes qui ont façonné, à leur manière et à leur époque, l’histoire de Saint-Ulric? Ces mêmes hommes qui, pour la plupart, ont assumé les rôles de bâtisseurs, de défricheurs, de pourvoyeurs et surtout, celui de «pères».

Joseph Roy et ses enfants Jacques, Jocelyn, Jean-Pierre et Nicole Roy. Coll. Jacques Roy

Nos ancêtres, nos pères, nous ont légué un riche patrimoine qui nous rend fiers d’être Ulricois. Dû au grand nombre de pères qui ont contribué à forger Saint-Ulric, il est difficile de parler de l’un et d’oublier l’autre. Soit! Que votre indulgence m’accompagne dans ce trop court récit, car n’est-il pas à propos, en effet, de se rappeler le nom de l’honorable Juge Ulric J. Tessier?

Disons toute notre gratitude, à titre posthume, hélas, à tous ces hommes de cœur, de valeur et de labeur: les Beaulieu, Bouchard, Cimon, Courcy, Desjardins, Ouellet, Léveillé et Michaud qui furent les premiers colons à défricher avec tant d’ardeur et de courage, notre paroisse. Peut-on passer sous silence les pères absents des foyers qui, au péril de leur vie, sont montés dans les chantiers, s’exilant des semaines voire des mois ? Rares sont les hommes qui se targuent d’être père et maire à la fois.

De l’illustre Charles Dufour à l’actuel Pierre Lagacé, en passant par les tout dévoués Georges Fournier, Raymond Roy, Paul H. Bernier, Serge Gendron, et les autres, ces hommes de tête, de conviction et d’action ont grandement participé au développement de notre communauté. À ces noms déjà cités, ajoutons ceux de nos militaires, Sylvain Talbot, Raoul Lepage, Viateur Michaud pour ne nommer que ceux-ci, nos valeureux combattants s’oubliant parfois au nom de la patrie. Exploitant les richesses naturelles de Saint-Ulric, notre communauté s’est vue prospère grâce notamment aux scieries Roy, Beaulieu, Bélanger, Simoneau, Lagacé et à la tourbière de Louis, Roméo et Benoit Roy.

Célébrer la paternité, c’est aussi dire à ces chefs de famille (comme on les appelait autrefois) à quel point leur apport est essentiel dans le bon fonctionnement d’une famille et aussi, d’une communauté. Le père, c’est l’autorité incontestée. Il inspire à la fois force et sensibilité, obéissance et opposition, protection et absentéisme. Pour gagner leur pain quotidien, ces papas ont consacré de nombreuses heures à leur travail bien souvent au détriment de leur famille.

Tous ces pères, nos héros, ont marqué notre quotidien. Qui étaient ceux de mon enfance? Adélard Sirois, le père des ados fréquentant la cantine, René Beaulieu, le père académique inculquant la discipline, Viateur Roy, le médecin soignant sans discrimination aucune, Jean-Louis Lévesque, Roland Boucher, Gaëtan Dubé, ces épiciers d’une extrême gentillesse, Marius Bernier, le restaurateur des meilleures frites. Il y eut aussi Albert Michaud, Joseph-Emond Ouellet, les garagistes Euchariste et François Lévesque, Marius Gendron, monsieur Odilon et monsieur Paquet de la Coop, Jean-Marie du Cordon Rouge. Sans oublier Clément Roy, le père spirituel, et mon préféré, le père Noël! Qui n’a pas admiré en ces pères, le sens du devoir et l’accomplissement du travail? Et je cite en exemple entre autres, mon père Raymond, qui a travaillé jusqu’à l’âge de 89 ans!

Que de fois au cours de ce siècle et demi, les pères de cette communauté ont démontré leur appartenance et leur désir de faire de cette municipalité un endroit où il fait bon vivre ! C’est en grande partie eux qui ont contribué à faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Arborant fièrement le titre de père, leur descendance s’affaire, aujourd’hui, à redorer le blason de Saint-Ulric. Ils sont à la fois sur le terrain de balle molle, autour d’une table à défendre les acquis, à présenter un projet, mais aussi à s’impliquer activement dans l’éducation de leur progéniture et les tâches ménagères. Il va sans dire que tous les papas auraient mérité d’être nommés, mais au risque de blesser plusieurs d’entre vous, en terminant, laissez-moi vous dire cette phrase célèbre: «Le plus fort, c’est mon père».

Brunch de la fête des Mères
Un énorme merci à tous ceux et celles qui ont participé au brunch annuel de la fête des Mères du Comité du 150e. C’est une source de financement importante et grâce à votre implication, ce fut un franc succès. Ab imo pectore: Merci.

Chronique du 150e

Comité du 150e  de Saint-Ulric par Jocelyne Rioux

 

Chères Ulricoises et chers Ulricois,
Je m’en voudrais de faire une chronique du 150e en occultant un événement fort important avec l’arrivée du printemps. Faire un petit clin d’œil pour rendre hommage et témoigner de la reconnaissance aux femmes qui endossent si dignement le prestigieux rôle de mère m’apparaît opportun en ce mois de mai. Qui étaient les mères des derniers 150 ans?

Si l’homme était le pourvoyeur, la fonction de la femme était avant tout d’avoir des enfants. Tablier à la taille, il n’était pas rare de la voir servir des tablées de treize enfants. Femmes de cœur et de labeur, empruntant souvent les métiers d’infirmière, d’éducatrice, de sage-femme, de cuisinière, de couturière de pharmacienne, de bouchère, de psychologue, d’agricultrice et j’en passe, elles ont (comme on disait dans ce temps), élevé leurs enfants trop souvent dans la pauvreté et la misère, mais aussi dans l’amour et le respect des autres. Gardiennes des traditions et des valeurs familiales, ces femmes au foyer (je ne sais pas pourquoi on les appelait ainsi puisqu’elles travaillaient si fort sur leur terre) vouaient un amour inconditionnel à leurs enfants.

Me serait-il permis, sans en avoir fait une recherche exhaustive, de mentionner le nom de quelques mères de l’époque qui ont contribué, par leur nombreuse descendance, à peupler Saint-Ulric de façon notable et notoire. Honorons ces dames: Bouillon, Desrosiers, Dubé, Gendron, Gauthier, Sirois, Blier, Cantin, Bélanger, Lavoie, Gagné, Gauthier, Lévesque, Lagacé, Ouellet, Paquet, Pelletier, Ross…. O tempora, o mores! Autres temps, autres mœurs!
Après cette trop brève esquisse de l’histoire du passé, tournons-nous vers les mères d’aujourd’hui qui ont une tout autre réalité. Dans le tumulte du quotidien et la course après la montre, ces femmes d’aujourd’hui confient pour la plupart leur progéniture aux garderies, ressentant culpabilité et anxiété. Performance, rentabilité, consommation sont les nouveaux vocables de leur actuelle réalité. Et que dire aux futures mamans en devenir de la génération des milléniaux? Sinon que nous avons besoin de leur dynamisme et de leur envie de changer le monde!

Un dernier hommage à toutes les mères défuntes qui n’ont jamais cessé de vivre dans nos esprits, mais surtout au plus profond de notre cœur, et en particulier, à la mienne. Tendresse et amour.

Brunch de la fête des Mères
Le dimanche 13 mai, le Comité culturel du 150e vous convie à son brunch annuel de la fête des Mères au gymnase de l’école Mgr. Belzile, à partir de 10h jusqu’à 13h. Le prix d’entrée est de 13$ pour les adultes, 5$ pour les enfants de 6 à 12 ans et c’est gratuit pour les moins de 5 ans. Il y aura de nombreux prix de présence. Cet événement contribue au financement des festivités du 150e de 2019. Vous pouvez vous procurer les billets au Marché Dubé, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et auprès des membres du Comité 150e. Des billets seront également disponibles à l’entrée. C’est un rendez-vous à ne pas manquer et merci de votre contribution aux Fêtes du 150e.

 

Chronique du 150e d’avril 2018

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric par Jocelyne Rioux

 

 

150e St-Ulric_logo

Histoire de se raconter…

Chers Ulricois, c’est avec grand enthousiasme que j’ai accepté d’écrire, pour les prochains mois, la chronique des Fêtes du 150e. En effet, 2019 s’en vient à grands pas et votre Comité s’affaire à développer une programmation digne des gens de ce village. Saint-Ulric, municipalité pittoresque reconnue pour être un endroit attrayant et où la vie communautaire prend tout son sens, sera en effervescence durant cette année charnière.

Sans vouloir dévoiler toutes les activités qui seront tenues (histoire de se garder de belles surprises), il est impératif de vous mentionner que tous les organismes de Saint-Ulric ont été rejoints et participeront, chacun à leur manière, aux festivités soulignant le 150e. C’est avec passion et ardeur que les différents représentants des organismes mettent, depuis le début de cette aventure, l’épaule à la roue ou si vous préférez les mains à la pâte, mais surtout, s’attèlent à la tâche pour vous offrir ce qu’ils ont de meilleur; leur amour et leur fierté d’être Ulricois.

Comme mentionné dans les chroniques précédentes, le lancement officiel des Fêtes aura lieu le 15 février (en rappel à l’érection canonique du 17 février 1869) à l’école Mgr. Belzile. Lors de la cérémonie protocolaire, la Municipalité se verra remettre deux des trois legs: le livre commémoratif et la vidéo aérienne du village. C’est sous le couvert de la convivialité, de la camaraderie et de la bonne humeur que se poursuivra cette soirée où des musiciens locaux feront danser les invités et participants.

Comme une fête n’arrive jamais seule, le Comité des loisirs sera en fête lui aussi, puisqu’il fêtera ses 50 ans d’existence. Le Comité soulignera, de façon grandiose, cette occasion durant la Fête des neiges en se remémorant les carnavals d’antan par une projection sur mur de glace et par bien d’autres activités.

De plus, sachez qu’une chanson-thème sera sur toutes les lèvres et deviendra assurément un ver d’oreille, car nous pourrons peut-être l’entendre dès la fin de l’année 2018. Enfin, il est de mise de vous faire part, question de vous démontrer que les différents comités sont actifs, qu’il y aura également: brunchs, pique-nique, soirée de chants populaires, Fêtes des voisins, pièce de théâtre, Fête de l’amour, Festival d’art populaire, Fête champêtre à la bergerie, le Marché de Noël, des soupers mensuels, et oui, le retour de la Super Fête ou sous l’appellation de Saint-Ulric en fête. Et ce, sans compter les personnes qui, personnellement, ont initié, selon leurs intérêts, des activités relatant les bons moments vécus à Saint-Ulric.

Force est de constater que toutes ces belles réalisations ne se feront que grâce à la générosité de nos commanditaires. Pour ce faire, des demandes formelles ont été déposées aux différents partenaires locaux et régionaux, notamment à Patrimoine Canada où nous sommes en attente du montant proposé. Aussi, votre contribution au financement de ces Fêtes peut se faire par l’achat de notre calendrier 2018 et par votre participation aux différentes activités de financement.

En conclusion, des remerciements sincères à la Municipalité, aux organismes et aux bénévoles impliqués pour leur précieuse collaboration.

«Seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin.» Auteur inconnu

 

Assemblée générale annuelle du Comité du 150e

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Jocelyne Rioux

 

Vous êtes tous invités à assister à l’assemblée générale annuelle du Comité culturel Saint-Ulric (Comité du 150e).

L’assemblée aura lieu le 5 avril à 19h au local des 50 ans et plus situé au 130 Ulric-Tessier à Saint-Ulric.

Ordre du jour:

1. Ouverture de l’assemblée;

2. Vérification du quorum;

3. Lecture de l’avis de convocation;

4. Lecture et adoption de l’ordre du jour;

5. Lecture et adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 4 avril 2017;

6. Rapport annuel du président;

7. Rapport financier 2017;

8. Planification des activités pour l’année 2018;

9. Varia;

10. Désignation d’un(e) président(e) et d’un(e) secrétaire d’élection;

11. Élection du conseil d’administration;

12. Levée de l’assemblée.

 

 

Chronique du 150e – mars 2018

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Lucette Lavoie

1963. Carnaval de Saint-Ulric, premier prix, Denis Caron en face de la maison d’Élysée TalbotGgG
Courtoisie

Cette photo date de 1963, donc il y a 55 ans. Dans ce temps-là, les gens avaient le sens de la fête. En 2019, saurons-nous en faire autant? Eh oui! Dans moins d’un an, cela sera notre réalité. La municipalité de Saint-Ulric fêtera 150 ans d’histoire.

Que de beaux souvenirs concernant les activités des carnavals des années 60. On se souvient des parades, des courses de raquettes, des concours de tir à l’arc, des sculptures de neige devant les demeures affichant le talent et souvent la passion des propriétaires. Les retraités d’aujourd’hui n’ont certainement pas oublié les soirées de danse à la salle de la Saint-Jean-Baptiste et les petits verres de Caribou qui réchauffaient le cœur! J’ai même ouï-dire qu’il y eut des rencontres amoureuses mémorables. Cette joyeuse folie enveloppait le village faisant oublier les froidures hivernales et cela jusqu’au Mardi gras.

Ceci n’est qu’un petit préambule pour vous donner le goût qu’on peut en faire tout autant ou plus! Qu’en pensez-vous? Pour 2019, des sculptures de neige, la matière première étant en abondance à Saint-Ulric, et l’autre condition, une température sous le point de congélation. Je ne suis pas prophète, mais je vous les garantis à 100%! Quels plaisir et fierté pour les jeunes de créer leurs sculptures! Ce seront eux la prochaine fois qui se souviendront.

L’ouverture officielle aura lieu le 17 février, dans le cadre de la Fête de la neige, en rappel au 17 février 1869 qui était l’érection canonique de la paroisse de Saint-Ulric. Le Mardi gras en 2019 sera le 5 mars. On fait partie de la fête! C’est un rendez-vous!

 

Chronique du 150e – février 2018

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Lucette Lavoie

En ce début d’année glacial, recevez nos plus chaleureux souhaits de bonheur et de santé. Nous vous remercions de nous suivre et espérons vous intéresser tout au long des saisons.

Depuis avril 2015, le comité se réunit mensuellement pour élaborer un plan d’action intéressant afin que chaque Ulricois se sente de la fête en 2019. Que de démarches, de rencontres et d’idées échangées! Nous sommes fiers du travail accompli et apprécions grandement la collaboration de tous les comités et autres groupes qui ont présenté des propositions de participation. Sincères remerciements à nos commanditaires et nos partenaires pour leur appui. Voilà, nous sommes rendus dans le dernier droit et nous pouvons déjà vous annoncer que le 150e sera à la hauteur des Ulricois.

 

 

Nous avons fait plusieurs activités de financements: brunch de la fête des Mères, spectacle à l’église avec le groupe Amarre & Basse, hommage à nos soldats dans le projet Effort de Guerre et la production d’un calendrier, paré de

photos anciennes racontant notre histoire. Nous sommes à notre deuxième édition, un moyen important de financement pour le comité et pour vous un précieux souvenir à garder. Vous avez oublié de l’acheter? Il est encore temps de le faire! Vous possédez le 2017… intéressant de continuer avec un 2018 et il y aura un 2019.

Les points de vente: Marché Dubé, Municipalité de Saint-Ulric et Galerie d’art Lucette Lavoie à Saint-Ulric, Dépanneur Chez B à Baie-des-Sables et La Chouette Librairie et Aux Folies de Julie à Matane. Pour les gens de l’extérieur, l’achat se fait par courriel: comite150@gmail.com.

Depuis sa création, l’exécutif est très restreint, mais sans relâche, nous avons gardé le cap qui était de mobiliser la population. Des sous-comités se sont formés cependant, comme les activités se multiplient, nous devons augmenter l’effectif. Nous avons besoin d’une implication dynamique au sein du comité. Vous avez à cœur la réussite des fêtes du 150e ? Le comité vous attend. Pour information: 418 556-9215 ou lebeauyves@msn.com.

 

Chronique du comité culturel

bandeau_INFO-ORGANISMES

par Julie Galibois

 

 

Logo final 08-2016

Chères Ulricoises, chers Ulricois,

C’est avec fierté que le Comité culturel reçoit vos commentaires favorables envers le deuxième calendrier-souvenirs que nous avons produit pour l’année 2018! Vous êtes nombreux à l’apprécier déjà et nous vous remercions de contribuer de cette façon aux festivités du 150e à venir, en 2019. Nous espérons maintenant que la magie du lancement de cet automne va se joindre à celle de Noël!

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous serons au Marché de Noël de Saint-Ulric pour vous rencontrer, les 9 et 10 décembre, au gymnase de l’école Mgr. Belzile. Sur place, vous pourrez vous procurer le produit local par excellence qu’est le calendrier-souvenirs 2018 au coût de 15$, taxes incluses. Entièrement produit en Matanie, réalisé par des Ulricois, il raconte notre histoire locale en plus de contribuer au financement de notre 150e. Comme l’an dernier, nous prévoyons projeter un vaste diaporama d’images plus ou moins anciennes de notre milieu de vie.

Il est à noter que les calendriers sont aussi disponibles à l’édifice municipal, au Marché Dubé-Richelieu, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et auprès d’Annie Bernier, Yves Boulay, Marjolaine Dubé, Julie Galibois et Andrée Gendron à Saint-Ulric.

Ils sont également offerts au Dépanneur Chez B à Baie-des-Sables, à la Chouette Librairie et Aux Folies de Julie à Matane. Pour en recevoir un par la poste, il suffit de le signifier par courriel à comite150@gmail.com et nous vous indiquerons la démarche à suivre.

Sapin et cadeaux de Noël chez Jean-Baptiste Roy entre 1945-1950. (Résidence actuelle de la famille de Sandra Bernard et Sylvain Lessard, le Gîte Confort et Chocolat) Collection Georgy Bouffard, prêt de Bérangère Cantin.

Par ailleurs, alors que la programmation des activités de 2019 prend forme, le Comité culturel est en période de recrutement pour l’organisation des événements qui vont se dérouler tout au long de l’année du 150e anniversaire. Le succès de cette année en fêtes repose en majeure partie sur la participation citoyenne et le Comité culturel forme actuellement des sous-comités afin de consolider l’équipe et les comités existants. Il y en a pour tous les goûts, quels que soient vos intérêts: l’histoire, le financement, la programmation, la religion, les communications publiques, la promotion, l’embellissement, etc.

Vous êtes intéressés par l’un ou l’autre de ces comités? Nous en sommes ravis! Faites-nous-le rapidement savoir en personne ou via notre courriel et nous vous recontacterons. Chaque contribution est bienvenue, importante et très appréciée. Nous espérons que notre appel sera entendu et qu’ensemble, nous pourrons offrir aux Ulricois une fête mémorable à la hauteur de la richesse de son histoire.

En terminant, voici la période des Fêtes qui s’installe avec son lot de festivités et de réjouissances. Elles ont bien changé les soirées d’antan, nous rappellent nos aînés. Certains portent un regard nostalgique sur le passé, d’autres moins, voire pas du tout. Chacun a sa façon d’appréhender le passé puisque chacun possède son histoire qui lui est propre.

Votre Comité culturel vous souhaite une période des Fêtes remplie de beaux souvenirs et tournée vers un bel avenir; que l’année 2018 se décline sous le signe de la santé et la joie.

Saint-Ulric se souvient et se raconte

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Le 150e anniversaire de Saint-Ulric se rapproche et voici le moment venu de soutenir financièrement votre Comité culturel dans l’organisation des festivités en vous procurant le calendrier-souvenirs de Saint-Ulric 2018.

Racontée en images inédites provenant de collections privées et accompagnée des textes de Denise Lagacé et Lucette Lavoie, une partie de l’histoire de Saint-Ulric s’offre à vous au coût de 15$. Les calendriers sont disponibles aux points de vente suivants: à Saint-Ulric à l’édifice municipal, au Marché Dubé-Richelieu, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et auprès des membres du Comité culturel (Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Marjolaine Dubé, Lucette Lavoie et Bernadette Ouellet). Ils sont également offerts à Baie-des-Sables au Dépanneur Chez B et à Matane à la Chouette Librairie ainsi qu’aux Folies de Julie.

Nous remercions la Municipalité de Saint-Ulric pour son soutien financier qui a permis la production du calendrier 2018. Merci aussi au Vignoble Carpinteri, à la Maison commémorative familiale Rouleau et au Marché Dubé-Richelieu pour leurs différents appuis lors du lancement qui s’est tenu le 27 octobre dernier. Notez que tous les profits sont destinés à notre mission d’organiser le grand rendez-vous de 2019. Confiants devant le succès du calendrier-souvenirs de Saint-Ulric de l’an dernier, c’est avec une grande fierté que nous vous proposons une toute nouvelle version 2018 de ce bel objet, à utiliser, à conserver ou à offrir!

Une autre façon de se souvenir est de prendre part à des activités commémoratives telles que Les Ulricois dans l’effort de guerre, projet que nous avons proposé à la fin du mois de septembre. Nous nous sommes alors souvenu des Grandes Guerres et leurs répercussions sur le quotidien des Ulricois. Le succès de la journée repose sur la participation des gens que nous remercions cordialement. Merci à Danielle Doyer et Gaétan Dubé qui nous ont reçus dans leur tour de guet à Sainte-Flavie, à Alexander Redford pour sa visite personnalisée de l’exposition fleurs d’armes, aux Jardins de Métis et à Huguette Marcoux du Comité du 150e de Baie-des-Sables pour l’accueil chaleureux que nous avons reçu dans leur salle communautaire pour dîner. Merci à notre curé, Hermel Pelletier, à notre maire, Serge Gendron, et au Major Réjean Thibault de la Légion royale canadienne de Matane pour leurs allocutions. Le projet a été rendu possible grâce à la contribution financière des Anciens combattants Canada. Merci à nos commanditaires: le CLDRB, la Municipalité de Saint-Ulric, Rémi Massé, député fédéral d’Avingnon-La-Mitis-Matane-Matapédia, Lézard Graphiques et le Marché Dubé-Richelieu de Saint-Ulric. Des panneaux d’interprétation ont été créés afin de maintenir notre souvenance; l’un au parc des Rives et l’autre au Vignoble Carpinteri. Si ce n’est pas déjà fait, à vous de les découvrir!

Rendez-vous en 2019, histoire de se raconter…

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Le Comité culturel Saint-Ulric poursuit sa mission afin de souligner le 150e anniversaire de Saint-Ulric en 2019 et comme prévu, nous avons produit un deuxième calendrier-souvenirs 2018.

Encore cette année, le lancement se fera au Vignoble Carpinteri, 3141 chemin du Pont Couvert à Saint-Ulric.

Voici en primeur l’image qui illustre le mois de novembre du calendrier-souvenirs 2018. On y voit le Conseil municipal de Saint-Ulric dans les années 1960. Collection privée.

Ce lancement se fera en formule 5 à 7, vendredi le 27 octobre 2017. Nous comptons sur votre présence afin que cet événement soit un pas de plus vers la réussite de la grande fête de 2019.

Un léger goûter vous sera servi gratuitement et vous pourrez acheter des boissons au bar du vignoble. Bien sûr, vous pourrez vous procurer le calendrier sur place au prix de 15$. Ce calendrier raconte, au fil des mois, des moments de vie à Saint-Ulric au 20e siècle à l’aide de photos. Un beau souvenir à conserver ou à offrir tout en soutenant financièrement les festivités de 2019. Nous remercions la Municipalité de Saint-Ulric de son soutien financier pour la production du calendrier, l’administration du Vignoble Carpinteri qui met gratuitement à notre disposition leur salle de réception, Lézard graphiques et le Marché Dubé-Richelieu pour leurs commandites sous forme de rabais.

Par ailleurs, le magnifique spectacle d’Amarre et Basse offert le 2 septembre dernier fut un moment des plus enchanteurs. Amarre et Basse et leurs invités, Benoît Poulin et Michel-félix Tremblay, ont su nous entraîner dans la vague des souvenirs ulricois avec une finesse remarquable. Nous tenons à remercier les commanditaires suivants pour leur aide financière: assurances Jean-Paul Desrosiers, assurances Magella Gagné, Caravane Joubert, Jean-Marc Michaud – arpenteur-géomètre, Jean-Pierre Chamberland – avocat, Les Écuries Éole, ME Annie Soucy – notaire et ME Stéphane Rousseau – notaire. Ce fut un si beau moment que nous songeons à les inviter à nouveau afin de permettre à plus d’Ulricois de vivre cette magnifique expérience. À suivre…

En terminant, vous pouvez maintenant vous tenir au courant de nos activités en visitant notre nouveau site web au http://www.st-ulric150.com. Créé et alimenté par la secrétaire du comité, Andrée Gendron, le site connaît de constantes mises à jour tout comme notre page Facebook suivie par 875 abonnés. Cette nouvelle plate-forme de communication soutient notre ambitieux projet de se raconter notre histoire en 2019. Nous vous invitons à la visiter en grand nombre.

Histoire de raconter l’histoire militaire de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Pour souligner les 150 ans du Canada, votre Comité culturel, en collaboration avec la Légion royale canadienne de Matane, propose une journée commémorative, le samedi 30 septembre. Ce sera l’occasion de découvrir et se rappeler comment les deux conflits mondiaux ont eu des répercussions sur l’histoire de Saint-Ulric et les alentours. Ces événements tragiques ont marqué le quotidien de tous, sans égards et bien au-delà de ceux qui ont revêtu l’habit militaire. L’activité s’adresse à tous, que ce soit pour rendre hommage ou pour apprendre cette histoire somme toute, assez méconnue.

1. Philippe Ouellette, guerre 1914-1918. Coll. Légion royale canadienne – filiale 130, Victor Côté; 2. Henri Bélanger, époux de Simone Lagacé, guerre 1939-1945. Coll. Jeanne Lagacé; 3. Benoît Perron, époux de Rose Bernier, guerre 1939-1945. Coll. Francine Perron; 4. Monument des Braves, Rimouski. Guy Ouellet. Août 2017.

Une visite guidée des anciennes tours de guet établies à Sainte-Flavie durant la Seconde Guerre marquera le point de départ de cette journée commémorative. Avec la complicité de Danielle Doyer, copropriétaire des tours et mairesse de Mont-Joli, nous apprendrons notamment que plusieurs croient à tort que ces tours servaient à la surveillance des sous-marins allemands sur le fleuve pendant la guerre. S’ensuit une visite de l’exposition Fleurs d’ARMES présentée aux Jardins de Métis. Outre le portrait de dix Canadiens impliqués dans la Première Guerre mondiale, l’exposition propose des sculptures de cristal optique de Mark Raynes Roberts ainsi que les parfums développés par Alexandra Bachand. Un arrêt au cimetière de Saint-Ulric suivra, où seront identifiés plusieurs monuments qui ont un lien avec les Grandes Guerres. Nous irons ensuite au Parc des rives pour le dévoilement d’un panneau d’interprétation portant sur l’histoire de deux Ulricois s’étant illustrés à la Première Guerre: Arthur-Joseph Lapointe (1895-1960) et Philippe Ouellet (1896-1918). La journée se terminera autour d’un verre lors d’un 5 à 7 au vignoble Carpinteri pendant lequel le rôle de la Légion royale canadienne sera mis de l’avant en présence de dignitaires. Vous pourrez également prendre connaissance des résultats de nos recherches et assister au dévoilement d’un deuxième panneau d’interprétation ayant pour thème la présence d’un radar sur le «Petite Montagne» lors de la Bataille du Saint-Laurent durant la Seconde Guerre. Au moment d’écrire ces lignes, quelques détails de la programmation sont à confirmer. Surveillez les affiches que nous disposerons ici et là de même que sur notre page Facebook ou encore sur notre tout nouveau site web st-ulric150.com pour connaître les détails. Vous pouvez aussi nous contacter à notre adresse courriel: comite150@gmail.com. Notez qu’il est possible d’assister au 5 à 7 sans prendre part à toutes les activités.

Ce projet de commémoration est possible grâce à la contribution financière des Anciens Combattants Canada auxquels s’ajoutent d’autres appuis de partenaires locaux dont la Municipalité de Saint-Ulric, le Comité local de développement de la Rivière Blanche et le Vignoble Carpinteri. Le Comité culturel Saint-Ulric les remercie ainsi que tous ceux et celles qui contribuent à l’enrichissement de notre histoire par le partage de leurs témoignages et leurs images.

En terminant, ne manquez pas de soutenir notre mission en assistant au spectacle d’Amarre & Basse, le 2 septembre à 19h30, à l’église! Billets en vente au coût de 15$, gratuit pour les 12 ans et moins, au Marché Dubé, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et s’il en reste, aux portes de l’église le soir du concert. Tous les profits sont destinés aux festivités de notre 150e anniversaire en 2019; nous vous espérons nombreux!

Il était une fois, un voyage conté et musical à l’église de Saint-Ulric…

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Olivier Garot Crédit photo: Amarre & Basse

Dans le cadre de sa mission d’organiser les festivités du 150e de Saint-Ulric en 2019, le Comité culturel est fier de vous inviter au spectacle-bénéfice d’Amarre & Basse à l’église, le samedi 2 septembre à 19h30.

Amarre & Basse offre un voyage dans l’univers du conte et de la musique; une croisière musicale et littéraire des plus originale. Se laisser mener en bateau par Amarre & Basse est une expérience chavirante où s’entremêlent les mailles d’histoires, de légendes et de chants marins d’ici et d’ailleurs.

Alexandre Boyer Crédit photo: Amarre & Basse

Les critiques sont unanimes, les prestations du groupe formé en 2015 et composé d’Alexandre Boyer et d’Olivier Garot provoquent à coup sûr une vague d’enthousiasme. «(…) le duo nous offre des contes et des chants marins poignants, sorte de complaintes dont certaines sont très adaptées à la réalité d’aujourd’hui (…). D’une grande authenticité, le duo nous emporte dans l’univers mal connu et rude – parfois glauque – de la vie solitaire des marins et autres gardiens de phare. Un concert qui dépayse par son originalité et qui raconte des parties de notre histoire et de notre patrimoine, finalement intemporel et universel.» (Delphine Charmoille, L’Ulricois, août 2016) Naviguez sur la page Facebook Amarre et Basse pour en connaître davantage sur le duo.

Larguez les amarres, embarquez et laissez-vous bercer par la vague d’Amarre & Basse, au profit des fêtes de 2019.

Crédit photo: Amarre & Basse

Les billets sont en vente au Marché Dubé, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et – s’il en reste, car les places sont limitées – aux portes de l’église le soir du concert. Le coût est de 15$ le billet et c’est gratuit pour les 12 ans et moins. Votre Comité culturel vous espère en grand nombre!

 

 

Chronique du 150e – juillet 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Juillet 2017 – L’été est là et avec le chant des oiseaux viennent les joies, mais aussi les malheurs estivaux: il fait trop chaud ou trop froid, il pleut encore ou pas assez, sacré brouillard, il y a trop de mouches, encore la tondeuse à passer, l’eau est trop froide… Lorsque je prends connaissance du journal personnel de l’Ulricois Arthur Joseph Lapointe rédigé il y a 100 ans, je reste muette et je tais mes plaintes estivales… Arthur J. Lapointe participera aux deux guerres mondiales, sera chef de gare ici et député libéral fédéral de Matapédia-Matane. Cet été, le Comité culturel, en collaboration avec la Légion Canadienne de Matane, se penche sur l’effort de guerre à Saint-Ulric et vous aurez l’occasion d’en apprendre davantage, notamment sur ce personnage. D’ici là, voici un extrait du livre: «Souvenirs et impressions de ma vie de soldat (1916-1919) Vingt-deuxième Bataillon (1917-1918) «Je me souviens» », Arthur Joseph Lapointe, Saint-Ulric, Québec, 1919, p.42-44.

Arthur Joseph Lapointe tel que publié dans La Voix Gaspésienne avec la collaboration de la famille, Romain Pelletier, mercredi 12 septembre 2001

«2 juillet 1917 Lievin (…) Nous pénétrons dans des boyaux de communication où nous enfonçons dans la boue jusqu’à mi-jambe. Quelques mitrailleuses crépitent avec un bruit énervant. Des explosions retentissent et les éclats de mitraille viennent frapper les parois de la tranchée. Une rafale de balles siffle à mes oreilles, je n’y porte guère attention car je me sens protégé par les parois élevées de la tranchée. La compagnie fait halte à un endroit où le boyau serpente dans le flanc d’une légère ondulation de terrain. Une fusée jaillit tout à coup à moins d’un kilomètre en avant de nous et j’aperçois une large brèche ouverte récemment par l’explosion d’un projectile. Je m’écarte aussitôt et juste à cet instant une rafale de balles balaye la brèche et fait jaillir la terre à l’endroit que je viens de quitter. Je reste un moment figé sur place. Je dois la vie à la fusée ennemie qui m’a fait connaître assez tôt l’existence de la brèche. Nous atteignons les tranchées du premier soutien. Il n’existe ici aucun boyau pour communiquer avec la ligne de feu et nous sommes forcés d’avancer en terrain découvert, protégés seulement par l’obscurité. Le sol est semé de fils barbelés dans lesquels nos vêtements s’accrochent. Au moment même où nous voyons poindre une fusée, nous nous aplatissons sur le sol. Des balles sifflent à nos oreilles tandis que les marmites passent dans le ciel avec un bruit de ferraille. (…) Je me laisse tomber sur le sol. Notre condition est très pénible, la nuit est déjà avancée et nous n’avons pas le moindre abri pour nous protéger contre les éclats de mitraille en cas de bombardement quand viendra le jour. Malgré la fatigue et le sommeil qui se font sentir, je décide de me mettre au travail avec Michaud pour améliorer notre condition. Munis de mauvais outils, nous travaillons avec ardeur et quand le jour commence à poindre, notre trou est assez profond pour nous recevoir tous deux. Je fixe ma toile cirée dans l’ouverture afin de nous protéger contre les rayons du soleil quand viendra le jour. Je m’enroule ensuite dans ma couverture puis je me blottis contre mon camarade Michaud. Harassés par la fatigue, nous ne tardons pas à nous laisser aller à un lourd sommeil. (…)»

Sur une note plus joyeuse, je vous signale que nous avons commencé à établir la programmation pour l’année 2019 qui sera marquée par les festivités du 150e de Saint-Ulric.

N’hésitez pas à joindre l’équipe pour vous impliquer ou partager vos idées.

Trouvez nos coordonnées sur le site de la Municipalité, en visitant notre page Facebook ou en écrivant au comite150@gmail.com.

Le Comité culturel a le vent dans les voiles!

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Nous sommes fiers de vous annoncer qu’une fois de plus, les Ulricois étaient au rendez-vous lors de la tenue de notre dernière activité de financement à l’occasion du brunch de la fête des Mères, le 14 mai dernier.

Votre soutien encourage l’engagement de plusieurs porteurs de ce succès et nous souhaitons souligner ici notre profonde reconnaissance envers nos 151 convives ainsi que tous ceux sans qui cette activité n’aurait pu avoir lieu. Denis Caron (LE Chef), Mariette Savoie, Monique Bourque, Nicole Lamarre, Karen Lamarre, Lucille Canuel, Stéphanie Gauthier, Liette Ross, David Michaud, Guy Ouellet, André Simoneau, Odette Ross, Pamphile Dubé, Évelyne Normand, Manon Gauthier, Francine Perron, Michelle Lavoie, Jeanne-Mance Simard, la petite Mariloup et son papa, nous saluons bien bas votre dévouement! Merci aux élèves de l’école Mgr-Belzile: vos beaux dessins et vos mots doux ont réchauffé le cœur de toutes les mamans présentes.

Nous sommes également reconnaissants envers nos commanditaires dont les contributions sous diverses formes sont essentielles à notre organisation. Merci à la Municipalité de Saint-Ulric et à Sanic-Manic de Matane pour vos appuis financiers. Merci aux entreprises suivantes: la Chouette librairie, l’érablière Berthier et Gervais Sirois, la Fabrique, la Galerie d’art Lucette Lavoie, le Gîte Confort et chocolats ainsi que le Portage; vos contributions nous ont permis de gâter nos invités.

À droite, voici Jeannine Ross, la gagnante du bouquet de fleurs, tandis qu’elle prend la pose avec ses copines Réjeanne Gendron, à gauche, et Béatrice Gagné, au centre, ici, à Saint-Ulric, en 1945. De bien fières Ulricoises! (Collection Jeannine Ross-Dubé)

Parmi les gagnants, notons le couple chanceux: Jeannine Ross, la maman récipiendaire d’un bouquet de fleurs offert par Les Folies de Julie, et son époux, Gaétan Dubé qui a remporté la cagnotte du 50/50. Nous remercions leurs enfants, Nataly et Raynald Dubé, copropriétaires du Marché Richelieu ainsi que les employés impliqués dans les divers services que nous recevons de leur part.

 

Nous sommes reconnaissants à l’égard de tant de personnes qui s’impliquent de près ou de loin et chaque geste mériterait d’être souligné. Nous demandons donc l’indulgence à ceux que nous aurions malencontreusement oublié de nommer.

Brunch de la fête des Mères 2017 à l’école Mgr-Belzile, au profit du 150e de Saint-Ulric. Crédit photo Guy Ouellet

Grâce à ce soutien, nous sommes motivés plus que jamais dans la poursuite de notre principal objectif d’organiser les Fêtes du 150e de Saint-Ulric. Afin de nous raconter notre histoire en 2019 à travers toutes les sphères de notre communauté et que chacun y trouve un intérêt, nous établissons présentement des liens avec les différents organismes de la communauté.

Plusieurs autres projets sont en cours: un événement pour souligner notre histoire militaire, un spectacle-bénéfice avec le groupe Amarre & basse, la mise sur pied d’une banque d’archives numériques, l’ouverture d’un site web, la production du calendrier 2018 et celle d’un livre commémoratif, l’alimentation de notre page Facebook et ses 800 abonnés, etc.

Tous ces projets émanent du noyau central qu’est le Comité culturel auquel de nouveaux membres se sont ajoutés depuis notre assemblée générale annuelle. Il se compose ainsi: Yves Boulay (président), Julie Galibois (vice-présidente), Andrée Gendron (secrétaire), Édith Saucier (trésorière), Marjolaine Dubé, Bernadette Ouellet, Lucette Lavoie (administratrices) et Annie Bernier (représentante de la Municipalité). Notre dévouée équipe se joint à moi pour vous remercier sans réserve!

Brunch de la fête des Mères

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logoUlricoises, Ulricois, à vos agendas!

Le dimanche 14 mai, le Comité culturel vous offre le brunch de la fête des Mères, pour une deuxième année consécutive. Cet événement veut célébrer les mamans ulricoises d’hier, d’aujourd’hui et de demain, tout en contribuant au financement des festivités du 150e prévues pour 2019.

Comme l’an dernier, nous avons la chance de pouvoir compter sur les efforts de plusieurs pour faire de ce rassemblement une grande fête. L’aide que nous recevons sous formes bénévole, financière ou encore de cadeaux nous permet de réitérer en vous offrant en plus du repas, plusieurs prix de présence que nous distribuerons sous forme de tirage au sort. Un tirage de type 50/50 est également prévu.

Sur place, vous pourrez prendre connaissance des projets passés et à venir du Comité culturel et assister à une projection d’images anciennes de Saint-Ulric. Nous vous présenterons également ce que les jeunes de l’école Mgr Belzile ont préparé pour souligner la fête des Mères.

Surveillez la vente des billets: vous pouvez vous les procurer au Marché Dubé, à l’édifice municipal ainsi qu’auprès des membres de notre comité: Annie Bernier, Yves Boulay, Marjolaine Dubé, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie (galerie d’art Lucelle Lavoie), Bernadette Ouellet et Édith Saucier. Des billets seront également disponibles à l’entrée.

Alors, le dimanche 14 mai, nous vous invitons à commencer la journée de la fête des Mères autour d’un brunch au gymnase de l’école Mgr Belzile, à partir de 10h jusqu’à 13h. Le billet d’entrée est offert à 13$ pour les adultes, 5$ pour les enfants de 6 à 12 ans et c’est gratuit pour les moins de cinq ans.

Soyez complices de l’histoire de Saint-Ulric! Par votre participation, vous soutenez directement votre Comité culturel dans sa mission de raconter les 150 ans de Saint-Ulric, aussi, nous vous attendons en grand nombre!

 

Assemblée générale annuelle du Comité culturel de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logoComme plusieurs organismes, en avril, l’heure est au bilan au Comité culturel Saint-Ulric. Le moment est déjà venu de tenir l’Assemblée générale annuelle à laquelle vous êtes tous conviés, le mardi 4 avril à 19h à la salle du Club des 50 ans et plus (à l’édifice municipal).

Projet d’ordre du jour:

  1. Ouverture de l’assemblée
  2. Vérification du quorum
  3. Lecture de l’avis de convocation
  4. Lecture et adoption de l’ordre du jour
  5. Lecture et adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 29 mars 2016
  6. Rapport d’activités et rapport financier
  7. Planification des activités pour l’année 2016-2017
  8. Adoption d’amendements dans les règlements généraux
  9. Désignation d’un(e) président(e) et d’un(e) secrétaire d’élection
  10. Élection du conseil d’administration (Sont arrivés à échéance les mandats des administrateurs des sièges numéros 1, 3 et 5 soit ceux occupés par: Yves Boulay, siège numéro 1, Andrée Gendron, siège numéro 3, Lucette Lavoie, siège numéro 5)
  11. Fermeture de l’assemblée

Ce sera l’occasion pour le Comité de rendre compte des finances de son organisation, de résumer comment il parvient à poursuivre sa mission de préparer le rendez-vous de 2019 pour les festivités du 150e de Saint-Ulric et d’agrandir son conseil d’administration. Le Comité fera ainsi part à l’assemblée des projets réalisés, de ceux à venir et de ses intentions.

Annie Bernier, Yves Boulay, Andrée Gendron, Lucette Lavoie, Sandra Michaud et moi-même sommes fiers du bilan de la dernière année auquel chacun a collaboré à sa manière et c’est avec enthousiasme que nous vous y attendons en grand nombre!

Très reconnaissant envers les différents appuis que nous recevons, j’aimerais terminer en remerciant ceux qui, d’une façon ou d’une autre, contribuent au succès de notre entreprise; sachez que chacun motive nos efforts pour en assurer la bonne continuité. Récemment, la Municipalité de Saint-Ulric nous accordait un soutien financier de 5000$ pour la réalisation de nos projets en 2017-2018. Nous les remercions chaleureusement; cet appui est stimulant et servira, bien sûr, la commémoration de notre 150e anniversaire.

Chronique du 150e de mars 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logoAutres temps, autres mœurs

03-info-organismes-chronique-du-150e-photo-1

Le bonhomme Carnaval de Saint-Ulric lors du défilé, non datée, Archives d’Anne-Marie Michaud.

Février 1964: À Saint-Ulric, c’est la 7e édition du carnaval qui occupe la population qui y participe grandement. La qualité de la programmation proposée suscite l’intérêt: des compétitions sportives, un beau château fabriqué avec des cubes de glace de la rivière Blanche, un concours de monuments de neige ou de glace, un bonhomme Carnaval, des duchés, un défilé, un couronnement de la Reine et, bien sûr, des soirées dansantes fort courues. Les palmarès musicaux de 1964 indiquent que les chansons les plus populaires sont Love me do, She loves you, Can’t buy me love, etc. des Beatles. Elvis Presley triomphe aussi avec You’re the Devil in Disguise et les Beach boys avec I get around… Au Québec, on place en haut des palmarès: La plus belle pour aller danser de Michèle Richard, le Yaya de Joël Denis ou encore le célèbre «slow» des Classels Avant de te dire Adieu…

Lise Michaud, Reine du Carnaval de Saint-Ulric en 1964, accompagnée de son Duc, Philippe Michaud, lors de la soirée du couronnement. Archives d’Anne-Marie Michaud.

Lise Michaud, Reine du Carnaval de Saint-Ulric en 1964, accompagnée de son Duc, Philippe Michaud, lors de la soirée du couronnement. Archives d’Anne-Marie Michaud.

Mars 1964: Le prêtre Vicaire Laurentin Lévesque publie un article dans «L’Éveil», le journal local de Saint-Ulric de l’époque. L’article illustre bien l’écart entre les mœurs d’aujourd’hui et d’autrefois. Il s’intitule «LA DANSE» (mars 1964, vol. 1, no. 5, extrait p.3, archives d’Anne-Marie Michaud) et en voici un extrait: «Il y a danse et danse. Évidemment à ce sujet, il faut éviter d’être trop sévère et dire que toute danse est immorale, mais le contraire est également à considérer. Ce serait du relâchement coupable que de tolérer et de donner l’absolution sans confession. Que dit la morale au sujet de la danse? On peut résumer son enseignement comme ceci: TOUTE BONNE DANSE EST BONNE lorsqu’elle est bien dansée. (…) Une bonne danse, mal dansée, devient mauvaise. Il s’agit d’entendre le mot mal ici, au point de vue moral, c’est-à-dire d’une manière lascive, sensuelle, portant au péché. TOUTE MAUVAISE DANSE EST MAUVAISE et on ne peut la danser sans pécher parce que l’on se mettrait ainsi volontairement dans l’occupation du péché. (…) Même en maison privée, une mauvaise danse est mauvaise. Une bonne danse, devant les parents à la maison, peut devenir dangereuse dans une salle de danse, où la lumière tamisée et où l’alcool enlève la gêne. (…)

Line et Suzanne Roy devant le château du carnaval de Saint-Ulric en 1961, Coll. Jacques Roy. Reçue et publiée sur notre page Facebook, novembre 2016.

Line et Suzanne Roy devant le château du carnaval de Saint-Ulric en 1961, Coll. Jacques Roy. Reçue et publiée sur notre page Facebook, novembre 2016.

Toute danse qui est une occasion de péché, pour soi, pour son partenaire ou pour le spectateur, est un excitant sexuel et on ne peut la danser sous peine de pécher gravement. Les bonnes danses, bien dansées, dans un bon milieu, selon les règles de la modestie et de la prudence, sont bonnes et à encourager comme divertissement agréable surtout pour les filles…»

Ces mises en garde font sourire aujourd’hui. Reconnu pour être plutôt permissif, quelques personnes qui ont connu le Vicaire Lévesque m’ont confié leur surprise quant à ce plaidoyer. Il se peut que ce soit en réaction suite aux plaintes de quelques paroissiens. Une chose est certaine, ce papier moralisateur suit les festivités du carnaval de Saint-Ulric et il est peu probable que ce soit sans aucun lien.

Le Comité culturel Saint-Ulric se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et belle fin d’hiver!

Chronique du 150e de février 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logo

Souvenirs d’hiver

Cyr Michaud était le père de mon conjoint David. Je n’ai pas eu la chance de le connaître si ce n’est qu’à travers les bons commentaires que j’entends à son égard et ses écrits. Fier de ses origines ulricoises, il co-signe avec Raymond Rioux le livre du 100e anniversaire de Saint-Ulric publié en 1969. Cyr est le petit-fils de Charles Michaud, installé à Saint-Ulric depuis

Cyr Michaud, photo de graduation du Séminaire de Rimouski, entre 1950-55, archives d’Anne-Marie Michaud.

Cyr Michaud, photo de graduation du Séminaire de Rimouski, entre 1950-55, archives d’Anne-Marie Michaud.

1888. Son père, aussi prénommé Charles, nait en 1895. Avec son épouse, Marie Blandine Talbot, ils conçoivent douze enfants: Pâquerette, Viateur, Colette, Gertrude, Marthe, Monique, Jean-Yves, Cyr, Lucille, Anne-Marie, Marguerite et Philippe.

Né le 19 février 1935, Cyr grandit dans la maison bleue au coin de la rue du Quai et de l’avenue Ulric-Tessier. Décédé subitement en 1996, ses mémoires qu’il avait entrepris de rédiger restent inachevées, mais sont riches de détails sur le quotidien ulricois des années 40. Inspiré par le froid et la neige, je vous propose un extrait:

« (…) Après le 15 février, en période de Carême, nous commencions à avoir très hâte à Pâques, à la fonte des neiges et à l’arrivée des chantiers des hommes, des cheveux et de tout le matériel qui les accompagnait. Les quarante jours de jeûne qui précédaient Pâques étaient austères et strictement observés. Les pêcheurs du village qui conservaient leurs poissons dans la «neigerie», dernier bâtiment avant la grève sur la rue du Quai, faisaient de bonnes affaires, car nous devions faire maigre en plus de faire jeûne. Tout le poisson capturé l’automne était vendu en cette période de

Charles Michaud, grand-père de Cyr, photo sur plaque de métal, fin 1800, archives d’Anne-Marie Michaud.

Charles Michaud, grand-père de Cyr, photo sur plaque de métal, fin 1800, archives d’Anne-Marie Michaud.

l’année. Cela permettait de plus de sortir la vieille neige et la vieille glace pour faire le ménage. Le nettoyage de la «neigerie» faite, un groupe d’hommes taillaient sur la rivière de gros blocs de glace de 50 cm carrés environ qu’ils rangeaient soigneusement sur le fond et tout autour, d’un mètre d’épaisseur. L’espace qui restait servait à remiser de la belle neige propre qui tombait en abondance en mars. La neige était plus pratique que la glace pour livrer le poisson au panier ou au sceau. Les frigidaires n’existaient pas: quelques glacières seulement alimentées à la glace naturelle se trouvaient dans les familles les plus fortunées. Pour le peuple ordinaire, une «dépense» située du côté nord de la maison pour que le soleil affecte moins sa fraîcheur servait de frigidaire et de congélateur, selon les saisons. Bien souvent je suis allé en cachette me régaler de tartes, biscuits et galettes de lait très crémeux.»

Et vous, avez-vous des souvenirs de Saint-Ulric à raconter? Faisiez-vous maigre et jeûne avant Pâques? Y a-t-il une dépense au nord de votre demeure? Votre Comité culturel poursuit sans relâche sa mission d’organiser le rendez-vous pour nos 150 ans. Nous vous invitons à continuer de nourrir notre mémoire collective, histoire de se raconter en 2019.

Joignez-nous en personne: Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et Sandra Michaud, par courriel: comite150@gmail.com ou par notre page Facebook.

Bonne continuité et merci de votre soutien, de votre participation, nous vous en sommes très reconnaissants!

Chronique du 150e de décembre 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logo

«Avec la voix des orgues, la musique est une prière qui élève notre âme aux sommets de la beauté, et nous découvre un coin du ciel. Cette musique nous enchante, nous grandit, alors, l’âme plane sur les sommets de la sublime beauté.» Alice Simard dans La beauté de la musique, les organistes et l’orgue, notes dactylographiées non datées, archives d’Anne-Marie Michaud.

Un cadeau qui perdure depuis 100 ans

12-info-organismes-chronique-du-150e-photo-2

L’orgue de l’église de Saint-Ulric, non datée, archives d’Anne-Marie Michaud

L’église de Saint-Ulric est inaugurée en 1878, mais il faudra patienter deux ans avant d’y entendre occasionnellement de la musique. Depuis 1881, et ce, pendant 20 ans, c’est aux sons de l’harmonium de la famille de Joseph Roy que sont animées les grandes fêtes; Les Rois, Pâques, Noël, etc. Gracieusement prêté par la famille, il faut cependant transporter l’instrument à chaque fois ce qui est assez laborieux, nous pouvons l’imaginer… Au début du XXe siècle, la Fabrique achète un harmonium qui lui sert une quinzaine d’années durant. En 1916, Octavie Anctil, l’épouse de Joseph Roy, achète et offre à l’église un orgue de la célèbre Maison Casavant & Frères. Cet instrument dispendieux (2000$ à l’époque!) est de qualité sans égale si bien qu’aujourd’hui, près de 100 ans plus tard, c’est celui qu’on entend à l’église de Saint-Ulric. Triste coïncidence, les premières notes de l’orgue nouvellement installé dans l’église accompagnent la généreuse donatrice dans son dernier repos, à l’occasion de ses funérailles en avril 1916.

12-info-organismes-chronique-du-150e-photo-1

Alice Simard, 1945, archives d’Anne-Marie Michaud

Mademoiselle Alice Simard (1893-1986)

Trois ans plus tard, Mlle Alice Simard arrive en scène. Née à Matane, elle fréquente le couvent des Sœurs du Bon-Pasteur, aspire à devenir institutrice, y apprend le piano puis l’orgue à Price où elle enseigne en 1913. En 1919, Mlle Alice s’installe enfin à Saint-Ulric chez Jean-Baptiste Roy, son beau-frère, qui lui cède sa place comme organiste. Assidue et dévouée, elle admet n’avoir pu s’acquitter de son rôle à moins de dix reprises et n’avoir jamais manqué de sépulture en 56 ans de service! Source: extraits de la Voix gaspésienne, 1975, archives d’Anne-Marie Michaud

Un cadeau pour se raconter

En terminant, il me fait plaisir de vous signaler que le calendrier Souvenirs de Saint-Ulric 2017 produit au profit du 150e reçoit un accueil des plus chaleureux. Cependant, les quantités sont limitées aussi, nous invitons les intéressés à se manifester rapidement. L’achat en ligne se fait via le site internet de la Municipalité de Saint-Ulric. Pour le recevoir par la poste, faites-en la demande par courriel à l’adresse comite150@gmail.com. En personne, présentez-vous aux points de vente suivants: au Marché Dubé-Richelieu, à l’édifice 11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-2municipal de Saint-Ulric, à la Galerie d’art Lucette Lavoie, au Bar le Rendez-Vous, au dépanneur Chez B, à La Chouette librairie et chez le Fleuriste Harrisson. Finalement, notez que nous serons au Marché de Noël le dimanche 11 décembre 2016, à l’école Mgr-Belzile.

Le Comité culturel se joint à moi pour vous remercier de votre soutien et vous souhaiter de faire le plein de merveilleux souvenirs pendant la période des fêtes!

Lancement du calendrier 2017 du 150e anniversaire de Saint-Ulric: Les Ulricois étaient au rendez-vous

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Andrée Gendron, secrétaire-trésorière

150e St-Ulric_logo

11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-1

Lancement du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric, le 30 septembre 2017. Crédit photo Guy Ouellet

Le 30 septembre dernier, lors d’un 5 à 7 au Vignoble Carpinteri et dans la douceur d’une magnifique journée d’automne, le Comité culturel Saint-Ulric a dévoilé le contenu du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric. Plus de 70 personnes étaient présentes.

Le Comité tient à les remercier et remercie également la Municipalité de Saint-Ulric et la Caisse Desjardins de La Matanie qui ont appuyé financièrement la réalisation du calendrier, ainsi que les commanditaires du lancement: le Vignoble Carpinteri, Léon Sirois et fils, Rémi Massé, député fédéral d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, le Marché Dubé-Richelieu et le Fleuriste Harrisson.

11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-2

Page couverture du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric. Publié par Comité culturel Saint-Ulric

Le Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric, illustre des moments de vie à Saint-Ulric durant le siècle dernier et souligne des événements qui ont marqué notre histoire. Des dates, des photos, des textes et des émotions qui nous préparent au rendez-vous de 2019. Ce calendrier est un beau cadeau à vous offrir et à offrir à vos parents et amis, le présent idéal pour le temps des Fêtes. Il est vendu à 15$ l’unité. Vous le trouverez à Saint-Ulric au Marché Dubé-Richelieu, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et au Bar le Rendez-vous. Vous pourrez aussi l’obtenir à Baie-des-Sables au dépanneur Chez B, ainsi qu’à Matane à La Chouette librairie et chez le Fleuriste Harrisson.

Il est aussi possible d’obtenir votre calendrier par la poste de deux façons. Si vous payez par chèque, il suffit de le demander par courriel à l’adresse comité150@gmail.com en n’oubliant pas de fournir, votre nom, votre adresse postale et le nombre d’exemplaires désirés. Nous vous ferons parvenir par courriel une facture (15$/unité plus les frais de poste d’au moins 6$) et vous pourrez nous envoyer le chèque par la poste au montant et à l’adresse indiqués sur la facture. Nous vous posterons vos calendriers dans les 10 jours suivant la réception de votre paiement. Vous pouvez aussi payer par carte de crédit ou via votre compte PayPal en vous rendant sur le site internet de la Municipalité de Saint-Ulric, à l’onglet 150e. Les frais de poste sont de 6$.

Le Comité tient à exprimer sa gratitude à tous ceux qui ont fourni des photos et rappelle que les profits de la vente du calendrier serviront à sa mission qui est de célébrer le 150e anniversaire de Saint-Ulric en 2019.

Chronique du 150e de Saint-Ulric

1910 – Amédée Gosselin et Maria Brassard. Collection Denis Carrier

1910 – Amédée Gosselin et Maria Brassard. Collection Denis Carrier

Les Gosselin: une famille dont le nom est lié étroitement à la Caisse Desjardins de Saint-Ulric

Plusieurs d’entre nous se souviennent d’Adrienne Gosselin (1911-1999) et de sa nièce Pauline (1947-2002), qui, tour à tour, nous ont accueillis au comptoir de la Caisse Desjardins de Saint-Ulric. L’institution avait alors pignon sur rue dans la maison des Gosselin où se trouve maintenant le salon de coiffure de Nathalie Carrier. Adrienne et Pauline sont respectivement de la deuxième et de la troisième génération de Gosselin à la tête de notre caisse, le père d’Adrienne, Amédée (1886 ou 1887-1942), les ayant précédées. Amédée Gosselin était un marchand qui s’était établi avec sa jeune épouse, Marie Émilie (Maria) Brassard (1892-1984), à Saint-Ulric en 1910, un an après le passage d’Alphonse Desjardins, venu assister à l’inauguration de la première Caisse Desjardins de La Matanie, le 26 septembre 1909. Ces trois générations de Gosselin ont été les figures dominantes de notre caisse durant les trois quarts du XXe siècle.