Rendez-vous en 2019, histoire de se raconter…

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Le Comité culturel Saint-Ulric poursuit sa mission afin de souligner le 150e anniversaire de Saint-Ulric en 2019 et comme prévu, nous avons produit un deuxième calendrier-souvenirs 2018.

Encore cette année, le lancement se fera au Vignoble Carpinteri, 3141 chemin du Pont Couvert à Saint-Ulric.

Voici en primeur l’image qui illustre le mois de novembre du calendrier-souvenirs 2018. On y voit le Conseil municipal de Saint-Ulric dans les années 1960. Collection privée.

Ce lancement se fera en formule 5 à 7, vendredi le 27 octobre 2017. Nous comptons sur votre présence afin que cet événement soit un pas de plus vers la réussite de la grande fête de 2019.

Un léger goûter vous sera servi gratuitement et vous pourrez acheter des boissons au bar du vignoble. Bien sûr, vous pourrez vous procurer le calendrier sur place au prix de 15$. Ce calendrier raconte, au fil des mois, des moments de vie à Saint-Ulric au 20e siècle à l’aide de photos. Un beau souvenir à conserver ou à offrir tout en soutenant financièrement les festivités de 2019. Nous remercions la Municipalité de Saint-Ulric de son soutien financier pour la production du calendrier, l’administration du Vignoble Carpinteri qui met gratuitement à notre disposition leur salle de réception, Lézard graphiques et le Marché Dubé-Richelieu pour leurs commandites sous forme de rabais.

Par ailleurs, le magnifique spectacle d’Amarre et Basse offert le 2 septembre dernier fut un moment des plus enchanteurs. Amarre et Basse et leurs invités, Benoît Poulin et Michel-félix Tremblay, ont su nous entraîner dans la vague des souvenirs ulricois avec une finesse remarquable. Nous tenons à remercier les commanditaires suivants pour leur aide financière: assurances Jean-Paul Desrosiers, assurances Magella Gagné, Caravane Joubert, Jean-Marc Michaud – arpenteur-géomètre, Jean-Pierre Chamberland – avocat, Les Écuries Éole, ME Annie Soucy – notaire et ME Stéphane Rousseau – notaire. Ce fut un si beau moment que nous songeons à les inviter à nouveau afin de permettre à plus d’Ulricois de vivre cette magnifique expérience. À suivre…

En terminant, vous pouvez maintenant vous tenir au courant de nos activités en visitant notre nouveau site web au http://www.st-ulric150.com. Créé et alimenté par la secrétaire du comité, Andrée Gendron, le site connaît de constantes mises à jour tout comme notre page Facebook suivie par 875 abonnés. Cette nouvelle plate-forme de communication soutient notre ambitieux projet de se raconter notre histoire en 2019. Nous vous invitons à la visiter en grand nombre.

Publicités

Histoire de raconter l’histoire militaire de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Pour souligner les 150 ans du Canada, votre Comité culturel, en collaboration avec la Légion royale canadienne de Matane, propose une journée commémorative, le samedi 30 septembre. Ce sera l’occasion de découvrir et se rappeler comment les deux conflits mondiaux ont eu des répercussions sur l’histoire de Saint-Ulric et les alentours. Ces événements tragiques ont marqué le quotidien de tous, sans égards et bien au-delà de ceux qui ont revêtu l’habit militaire. L’activité s’adresse à tous, que ce soit pour rendre hommage ou pour apprendre cette histoire somme toute, assez méconnue.

1. Philippe Ouellette, guerre 1914-1918. Coll. Légion royale canadienne – filiale 130, Victor Côté; 2. Henri Bélanger, époux de Simone Lagacé, guerre 1939-1945. Coll. Jeanne Lagacé; 3. Benoît Perron, époux de Rose Bernier, guerre 1939-1945. Coll. Francine Perron; 4. Monument des Braves, Rimouski. Guy Ouellet. Août 2017.

Une visite guidée des anciennes tours de guet établies à Sainte-Flavie durant la Seconde Guerre marquera le point de départ de cette journée commémorative. Avec la complicité de Danielle Doyer, copropriétaire des tours et mairesse de Mont-Joli, nous apprendrons notamment que plusieurs croient à tort que ces tours servaient à la surveillance des sous-marins allemands sur le fleuve pendant la guerre. S’ensuit une visite de l’exposition Fleurs d’ARMES présentée aux Jardins de Métis. Outre le portrait de dix Canadiens impliqués dans la Première Guerre mondiale, l’exposition propose des sculptures de cristal optique de Mark Raynes Roberts ainsi que les parfums développés par Alexandra Bachand. Un arrêt au cimetière de Saint-Ulric suivra, où seront identifiés plusieurs monuments qui ont un lien avec les Grandes Guerres. Nous irons ensuite au Parc des rives pour le dévoilement d’un panneau d’interprétation portant sur l’histoire de deux Ulricois s’étant illustrés à la Première Guerre: Arthur-Joseph Lapointe (1895-1960) et Philippe Ouellet (1896-1918). La journée se terminera autour d’un verre lors d’un 5 à 7 au vignoble Carpinteri pendant lequel le rôle de la Légion royale canadienne sera mis de l’avant en présence de dignitaires. Vous pourrez également prendre connaissance des résultats de nos recherches et assister au dévoilement d’un deuxième panneau d’interprétation ayant pour thème la présence d’un radar sur le «Petite Montagne» lors de la Bataille du Saint-Laurent durant la Seconde Guerre. Au moment d’écrire ces lignes, quelques détails de la programmation sont à confirmer. Surveillez les affiches que nous disposerons ici et là de même que sur notre page Facebook ou encore sur notre tout nouveau site web st-ulric150.com pour connaître les détails. Vous pouvez aussi nous contacter à notre adresse courriel: comite150@gmail.com. Notez qu’il est possible d’assister au 5 à 7 sans prendre part à toutes les activités.

Ce projet de commémoration est possible grâce à la contribution financière des Anciens Combattants Canada auxquels s’ajoutent d’autres appuis de partenaires locaux dont la Municipalité de Saint-Ulric, le Comité local de développement de la Rivière Blanche et le Vignoble Carpinteri. Le Comité culturel Saint-Ulric les remercie ainsi que tous ceux et celles qui contribuent à l’enrichissement de notre histoire par le partage de leurs témoignages et leurs images.

En terminant, ne manquez pas de soutenir notre mission en assistant au spectacle d’Amarre & Basse, le 2 septembre à 19h30, à l’église! Billets en vente au coût de 15$, gratuit pour les 12 ans et moins, au Marché Dubé, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et s’il en reste, aux portes de l’église le soir du concert. Tous les profits sont destinés aux festivités de notre 150e anniversaire en 2019; nous vous espérons nombreux!

Il était une fois, un voyage conté et musical à l’église de Saint-Ulric…

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Olivier Garot Crédit photo: Amarre & Basse

Dans le cadre de sa mission d’organiser les festivités du 150e de Saint-Ulric en 2019, le Comité culturel est fier de vous inviter au spectacle-bénéfice d’Amarre & Basse à l’église, le samedi 2 septembre à 19h30.

Amarre & Basse offre un voyage dans l’univers du conte et de la musique; une croisière musicale et littéraire des plus originale. Se laisser mener en bateau par Amarre & Basse est une expérience chavirante où s’entremêlent les mailles d’histoires, de légendes et de chants marins d’ici et d’ailleurs.

Alexandre Boyer Crédit photo: Amarre & Basse

Les critiques sont unanimes, les prestations du groupe formé en 2015 et composé d’Alexandre Boyer et d’Olivier Garot provoquent à coup sûr une vague d’enthousiasme. «(…) le duo nous offre des contes et des chants marins poignants, sorte de complaintes dont certaines sont très adaptées à la réalité d’aujourd’hui (…). D’une grande authenticité, le duo nous emporte dans l’univers mal connu et rude – parfois glauque – de la vie solitaire des marins et autres gardiens de phare. Un concert qui dépayse par son originalité et qui raconte des parties de notre histoire et de notre patrimoine, finalement intemporel et universel.» (Delphine Charmoille, L’Ulricois, août 2016) Naviguez sur la page Facebook Amarre et Basse pour en connaître davantage sur le duo.

Larguez les amarres, embarquez et laissez-vous bercer par la vague d’Amarre & Basse, au profit des fêtes de 2019.

Crédit photo: Amarre & Basse

Les billets sont en vente au Marché Dubé, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et – s’il en reste, car les places sont limitées – aux portes de l’église le soir du concert. Le coût est de 15$ le billet et c’est gratuit pour les 12 ans et moins. Votre Comité culturel vous espère en grand nombre!

 

 

Chronique du 150e – juillet 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Juillet 2017 – L’été est là et avec le chant des oiseaux viennent les joies, mais aussi les malheurs estivaux: il fait trop chaud ou trop froid, il pleut encore ou pas assez, sacré brouillard, il y a trop de mouches, encore la tondeuse à passer, l’eau est trop froide… Lorsque je prends connaissance du journal personnel de l’Ulricois Arthur Joseph Lapointe rédigé il y a 100 ans, je reste muette et je tais mes plaintes estivales… Arthur J. Lapointe participera aux deux guerres mondiales, sera chef de gare ici et député libéral fédéral de Matapédia-Matane. Cet été, le Comité culturel, en collaboration avec la Légion Canadienne de Matane, se penche sur l’effort de guerre à Saint-Ulric et vous aurez l’occasion d’en apprendre davantage, notamment sur ce personnage. D’ici là, voici un extrait du livre: «Souvenirs et impressions de ma vie de soldat (1916-1919) Vingt-deuxième Bataillon (1917-1918) «Je me souviens» », Arthur Joseph Lapointe, Saint-Ulric, Québec, 1919, p.42-44.

Arthur Joseph Lapointe tel que publié dans La Voix Gaspésienne avec la collaboration de la famille, Romain Pelletier, mercredi 12 septembre 2001

«2 juillet 1917 Lievin (…) Nous pénétrons dans des boyaux de communication où nous enfonçons dans la boue jusqu’à mi-jambe. Quelques mitrailleuses crépitent avec un bruit énervant. Des explosions retentissent et les éclats de mitraille viennent frapper les parois de la tranchée. Une rafale de balles siffle à mes oreilles, je n’y porte guère attention car je me sens protégé par les parois élevées de la tranchée. La compagnie fait halte à un endroit où le boyau serpente dans le flanc d’une légère ondulation de terrain. Une fusée jaillit tout à coup à moins d’un kilomètre en avant de nous et j’aperçois une large brèche ouverte récemment par l’explosion d’un projectile. Je m’écarte aussitôt et juste à cet instant une rafale de balles balaye la brèche et fait jaillir la terre à l’endroit que je viens de quitter. Je reste un moment figé sur place. Je dois la vie à la fusée ennemie qui m’a fait connaître assez tôt l’existence de la brèche. Nous atteignons les tranchées du premier soutien. Il n’existe ici aucun boyau pour communiquer avec la ligne de feu et nous sommes forcés d’avancer en terrain découvert, protégés seulement par l’obscurité. Le sol est semé de fils barbelés dans lesquels nos vêtements s’accrochent. Au moment même où nous voyons poindre une fusée, nous nous aplatissons sur le sol. Des balles sifflent à nos oreilles tandis que les marmites passent dans le ciel avec un bruit de ferraille. (…) Je me laisse tomber sur le sol. Notre condition est très pénible, la nuit est déjà avancée et nous n’avons pas le moindre abri pour nous protéger contre les éclats de mitraille en cas de bombardement quand viendra le jour. Malgré la fatigue et le sommeil qui se font sentir, je décide de me mettre au travail avec Michaud pour améliorer notre condition. Munis de mauvais outils, nous travaillons avec ardeur et quand le jour commence à poindre, notre trou est assez profond pour nous recevoir tous deux. Je fixe ma toile cirée dans l’ouverture afin de nous protéger contre les rayons du soleil quand viendra le jour. Je m’enroule ensuite dans ma couverture puis je me blottis contre mon camarade Michaud. Harassés par la fatigue, nous ne tardons pas à nous laisser aller à un lourd sommeil. (…)»

Sur une note plus joyeuse, je vous signale que nous avons commencé à établir la programmation pour l’année 2019 qui sera marquée par les festivités du 150e de Saint-Ulric.

N’hésitez pas à joindre l’équipe pour vous impliquer ou partager vos idées.

Trouvez nos coordonnées sur le site de la Municipalité, en visitant notre page Facebook ou en écrivant au comite150@gmail.com.

Le Comité culturel a le vent dans les voiles!

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Nous sommes fiers de vous annoncer qu’une fois de plus, les Ulricois étaient au rendez-vous lors de la tenue de notre dernière activité de financement à l’occasion du brunch de la fête des Mères, le 14 mai dernier.

Votre soutien encourage l’engagement de plusieurs porteurs de ce succès et nous souhaitons souligner ici notre profonde reconnaissance envers nos 151 convives ainsi que tous ceux sans qui cette activité n’aurait pu avoir lieu. Denis Caron (LE Chef), Mariette Savoie, Monique Bourque, Nicole Lamarre, Karen Lamarre, Lucille Canuel, Stéphanie Gauthier, Liette Ross, David Michaud, Guy Ouellet, André Simoneau, Odette Ross, Pamphile Dubé, Évelyne Normand, Manon Gauthier, Francine Perron, Michelle Lavoie, Jeanne-Mance Simard, la petite Mariloup et son papa, nous saluons bien bas votre dévouement! Merci aux élèves de l’école Mgr-Belzile: vos beaux dessins et vos mots doux ont réchauffé le cœur de toutes les mamans présentes.

Nous sommes également reconnaissants envers nos commanditaires dont les contributions sous diverses formes sont essentielles à notre organisation. Merci à la Municipalité de Saint-Ulric et à Sanic-Manic de Matane pour vos appuis financiers. Merci aux entreprises suivantes: la Chouette librairie, l’érablière Berthier et Gervais Sirois, la Fabrique, la Galerie d’art Lucette Lavoie, le Gîte Confort et chocolats ainsi que le Portage; vos contributions nous ont permis de gâter nos invités.

À droite, voici Jeannine Ross, la gagnante du bouquet de fleurs, tandis qu’elle prend la pose avec ses copines Réjeanne Gendron, à gauche, et Béatrice Gagné, au centre, ici, à Saint-Ulric, en 1945. De bien fières Ulricoises! (Collection Jeannine Ross-Dubé)

Parmi les gagnants, notons le couple chanceux: Jeannine Ross, la maman récipiendaire d’un bouquet de fleurs offert par Les Folies de Julie, et son époux, Gaétan Dubé qui a remporté la cagnotte du 50/50. Nous remercions leurs enfants, Nataly et Raynald Dubé, copropriétaires du Marché Richelieu ainsi que les employés impliqués dans les divers services que nous recevons de leur part.

 

Nous sommes reconnaissants à l’égard de tant de personnes qui s’impliquent de près ou de loin et chaque geste mériterait d’être souligné. Nous demandons donc l’indulgence à ceux que nous aurions malencontreusement oublié de nommer.

Brunch de la fête des Mères 2017 à l’école Mgr-Belzile, au profit du 150e de Saint-Ulric. Crédit photo Guy Ouellet

Grâce à ce soutien, nous sommes motivés plus que jamais dans la poursuite de notre principal objectif d’organiser les Fêtes du 150e de Saint-Ulric. Afin de nous raconter notre histoire en 2019 à travers toutes les sphères de notre communauté et que chacun y trouve un intérêt, nous établissons présentement des liens avec les différents organismes de la communauté.

Plusieurs autres projets sont en cours: un événement pour souligner notre histoire militaire, un spectacle-bénéfice avec le groupe Amarre & basse, la mise sur pied d’une banque d’archives numériques, l’ouverture d’un site web, la production du calendrier 2018 et celle d’un livre commémoratif, l’alimentation de notre page Facebook et ses 800 abonnés, etc.

Tous ces projets émanent du noyau central qu’est le Comité culturel auquel de nouveaux membres se sont ajoutés depuis notre assemblée générale annuelle. Il se compose ainsi: Yves Boulay (président), Julie Galibois (vice-présidente), Andrée Gendron (secrétaire), Édith Saucier (trésorière), Marjolaine Dubé, Bernadette Ouellet, Lucette Lavoie (administratrices) et Annie Bernier (représentante de la Municipalité). Notre dévouée équipe se joint à moi pour vous remercier sans réserve!

Brunch de la fête des Mères

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logoUlricoises, Ulricois, à vos agendas!

Le dimanche 14 mai, le Comité culturel vous offre le brunch de la fête des Mères, pour une deuxième année consécutive. Cet événement veut célébrer les mamans ulricoises d’hier, d’aujourd’hui et de demain, tout en contribuant au financement des festivités du 150e prévues pour 2019.

Comme l’an dernier, nous avons la chance de pouvoir compter sur les efforts de plusieurs pour faire de ce rassemblement une grande fête. L’aide que nous recevons sous formes bénévole, financière ou encore de cadeaux nous permet de réitérer en vous offrant en plus du repas, plusieurs prix de présence que nous distribuerons sous forme de tirage au sort. Un tirage de type 50/50 est également prévu.

Sur place, vous pourrez prendre connaissance des projets passés et à venir du Comité culturel et assister à une projection d’images anciennes de Saint-Ulric. Nous vous présenterons également ce que les jeunes de l’école Mgr Belzile ont préparé pour souligner la fête des Mères.

Surveillez la vente des billets: vous pouvez vous les procurer au Marché Dubé, à l’édifice municipal ainsi qu’auprès des membres de notre comité: Annie Bernier, Yves Boulay, Marjolaine Dubé, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie (galerie d’art Lucelle Lavoie), Bernadette Ouellet et Édith Saucier. Des billets seront également disponibles à l’entrée.

Alors, le dimanche 14 mai, nous vous invitons à commencer la journée de la fête des Mères autour d’un brunch au gymnase de l’école Mgr Belzile, à partir de 10h jusqu’à 13h. Le billet d’entrée est offert à 13$ pour les adultes, 5$ pour les enfants de 6 à 12 ans et c’est gratuit pour les moins de cinq ans.

Soyez complices de l’histoire de Saint-Ulric! Par votre participation, vous soutenez directement votre Comité culturel dans sa mission de raconter les 150 ans de Saint-Ulric, aussi, nous vous attendons en grand nombre!

 

Assemblée générale annuelle du Comité culturel de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logoComme plusieurs organismes, en avril, l’heure est au bilan au Comité culturel Saint-Ulric. Le moment est déjà venu de tenir l’Assemblée générale annuelle à laquelle vous êtes tous conviés, le mardi 4 avril à 19h à la salle du Club des 50 ans et plus (à l’édifice municipal).

Projet d’ordre du jour:

  1. Ouverture de l’assemblée
  2. Vérification du quorum
  3. Lecture de l’avis de convocation
  4. Lecture et adoption de l’ordre du jour
  5. Lecture et adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 29 mars 2016
  6. Rapport d’activités et rapport financier
  7. Planification des activités pour l’année 2016-2017
  8. Adoption d’amendements dans les règlements généraux
  9. Désignation d’un(e) président(e) et d’un(e) secrétaire d’élection
  10. Élection du conseil d’administration (Sont arrivés à échéance les mandats des administrateurs des sièges numéros 1, 3 et 5 soit ceux occupés par: Yves Boulay, siège numéro 1, Andrée Gendron, siège numéro 3, Lucette Lavoie, siège numéro 5)
  11. Fermeture de l’assemblée

Ce sera l’occasion pour le Comité de rendre compte des finances de son organisation, de résumer comment il parvient à poursuivre sa mission de préparer le rendez-vous de 2019 pour les festivités du 150e de Saint-Ulric et d’agrandir son conseil d’administration. Le Comité fera ainsi part à l’assemblée des projets réalisés, de ceux à venir et de ses intentions.

Annie Bernier, Yves Boulay, Andrée Gendron, Lucette Lavoie, Sandra Michaud et moi-même sommes fiers du bilan de la dernière année auquel chacun a collaboré à sa manière et c’est avec enthousiasme que nous vous y attendons en grand nombre!

Très reconnaissant envers les différents appuis que nous recevons, j’aimerais terminer en remerciant ceux qui, d’une façon ou d’une autre, contribuent au succès de notre entreprise; sachez que chacun motive nos efforts pour en assurer la bonne continuité. Récemment, la Municipalité de Saint-Ulric nous accordait un soutien financier de 5000$ pour la réalisation de nos projets en 2017-2018. Nous les remercions chaleureusement; cet appui est stimulant et servira, bien sûr, la commémoration de notre 150e anniversaire.

Chronique du 150e de mars 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logoAutres temps, autres mœurs

03-info-organismes-chronique-du-150e-photo-1

Le bonhomme Carnaval de Saint-Ulric lors du défilé, non datée, Archives d’Anne-Marie Michaud.

Février 1964: À Saint-Ulric, c’est la 7e édition du carnaval qui occupe la population qui y participe grandement. La qualité de la programmation proposée suscite l’intérêt: des compétitions sportives, un beau château fabriqué avec des cubes de glace de la rivière Blanche, un concours de monuments de neige ou de glace, un bonhomme Carnaval, des duchés, un défilé, un couronnement de la Reine et, bien sûr, des soirées dansantes fort courues. Les palmarès musicaux de 1964 indiquent que les chansons les plus populaires sont Love me do, She loves you, Can’t buy me love, etc. des Beatles. Elvis Presley triomphe aussi avec You’re the Devil in Disguise et les Beach boys avec I get around… Au Québec, on place en haut des palmarès: La plus belle pour aller danser de Michèle Richard, le Yaya de Joël Denis ou encore le célèbre «slow» des Classels Avant de te dire Adieu…

Lise Michaud, Reine du Carnaval de Saint-Ulric en 1964, accompagnée de son Duc, Philippe Michaud, lors de la soirée du couronnement. Archives d’Anne-Marie Michaud.

Lise Michaud, Reine du Carnaval de Saint-Ulric en 1964, accompagnée de son Duc, Philippe Michaud, lors de la soirée du couronnement. Archives d’Anne-Marie Michaud.

Mars 1964: Le prêtre Vicaire Laurentin Lévesque publie un article dans «L’Éveil», le journal local de Saint-Ulric de l’époque. L’article illustre bien l’écart entre les mœurs d’aujourd’hui et d’autrefois. Il s’intitule «LA DANSE» (mars 1964, vol. 1, no. 5, extrait p.3, archives d’Anne-Marie Michaud) et en voici un extrait: «Il y a danse et danse. Évidemment à ce sujet, il faut éviter d’être trop sévère et dire que toute danse est immorale, mais le contraire est également à considérer. Ce serait du relâchement coupable que de tolérer et de donner l’absolution sans confession. Que dit la morale au sujet de la danse? On peut résumer son enseignement comme ceci: TOUTE BONNE DANSE EST BONNE lorsqu’elle est bien dansée. (…) Une bonne danse, mal dansée, devient mauvaise. Il s’agit d’entendre le mot mal ici, au point de vue moral, c’est-à-dire d’une manière lascive, sensuelle, portant au péché. TOUTE MAUVAISE DANSE EST MAUVAISE et on ne peut la danser sans pécher parce que l’on se mettrait ainsi volontairement dans l’occupation du péché. (…) Même en maison privée, une mauvaise danse est mauvaise. Une bonne danse, devant les parents à la maison, peut devenir dangereuse dans une salle de danse, où la lumière tamisée et où l’alcool enlève la gêne. (…)

Line et Suzanne Roy devant le château du carnaval de Saint-Ulric en 1961, Coll. Jacques Roy. Reçue et publiée sur notre page Facebook, novembre 2016.

Line et Suzanne Roy devant le château du carnaval de Saint-Ulric en 1961, Coll. Jacques Roy. Reçue et publiée sur notre page Facebook, novembre 2016.

Toute danse qui est une occasion de péché, pour soi, pour son partenaire ou pour le spectateur, est un excitant sexuel et on ne peut la danser sous peine de pécher gravement. Les bonnes danses, bien dansées, dans un bon milieu, selon les règles de la modestie et de la prudence, sont bonnes et à encourager comme divertissement agréable surtout pour les filles…»

Ces mises en garde font sourire aujourd’hui. Reconnu pour être plutôt permissif, quelques personnes qui ont connu le Vicaire Lévesque m’ont confié leur surprise quant à ce plaidoyer. Il se peut que ce soit en réaction suite aux plaintes de quelques paroissiens. Une chose est certaine, ce papier moralisateur suit les festivités du carnaval de Saint-Ulric et il est peu probable que ce soit sans aucun lien.

Le Comité culturel Saint-Ulric se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et belle fin d’hiver!

Chronique du 150e de février 2017

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logo

Souvenirs d’hiver

Cyr Michaud était le père de mon conjoint David. Je n’ai pas eu la chance de le connaître si ce n’est qu’à travers les bons commentaires que j’entends à son égard et ses écrits. Fier de ses origines ulricoises, il co-signe avec Raymond Rioux le livre du 100e anniversaire de Saint-Ulric publié en 1969. Cyr est le petit-fils de Charles Michaud, installé à Saint-Ulric depuis

Cyr Michaud, photo de graduation du Séminaire de Rimouski, entre 1950-55, archives d’Anne-Marie Michaud.

Cyr Michaud, photo de graduation du Séminaire de Rimouski, entre 1950-55, archives d’Anne-Marie Michaud.

1888. Son père, aussi prénommé Charles, nait en 1895. Avec son épouse, Marie Blandine Talbot, ils conçoivent douze enfants: Pâquerette, Viateur, Colette, Gertrude, Marthe, Monique, Jean-Yves, Cyr, Lucille, Anne-Marie, Marguerite et Philippe.

Né le 19 février 1935, Cyr grandit dans la maison bleue au coin de la rue du Quai et de l’avenue Ulric-Tessier. Décédé subitement en 1996, ses mémoires qu’il avait entrepris de rédiger restent inachevées, mais sont riches de détails sur le quotidien ulricois des années 40. Inspiré par le froid et la neige, je vous propose un extrait:

« (…) Après le 15 février, en période de Carême, nous commencions à avoir très hâte à Pâques, à la fonte des neiges et à l’arrivée des chantiers des hommes, des cheveux et de tout le matériel qui les accompagnait. Les quarante jours de jeûne qui précédaient Pâques étaient austères et strictement observés. Les pêcheurs du village qui conservaient leurs poissons dans la «neigerie», dernier bâtiment avant la grève sur la rue du Quai, faisaient de bonnes affaires, car nous devions faire maigre en plus de faire jeûne. Tout le poisson capturé l’automne était vendu en cette période de

Charles Michaud, grand-père de Cyr, photo sur plaque de métal, fin 1800, archives d’Anne-Marie Michaud.

Charles Michaud, grand-père de Cyr, photo sur plaque de métal, fin 1800, archives d’Anne-Marie Michaud.

l’année. Cela permettait de plus de sortir la vieille neige et la vieille glace pour faire le ménage. Le nettoyage de la «neigerie» faite, un groupe d’hommes taillaient sur la rivière de gros blocs de glace de 50 cm carrés environ qu’ils rangeaient soigneusement sur le fond et tout autour, d’un mètre d’épaisseur. L’espace qui restait servait à remiser de la belle neige propre qui tombait en abondance en mars. La neige était plus pratique que la glace pour livrer le poisson au panier ou au sceau. Les frigidaires n’existaient pas: quelques glacières seulement alimentées à la glace naturelle se trouvaient dans les familles les plus fortunées. Pour le peuple ordinaire, une «dépense» située du côté nord de la maison pour que le soleil affecte moins sa fraîcheur servait de frigidaire et de congélateur, selon les saisons. Bien souvent je suis allé en cachette me régaler de tartes, biscuits et galettes de lait très crémeux.»

Et vous, avez-vous des souvenirs de Saint-Ulric à raconter? Faisiez-vous maigre et jeûne avant Pâques? Y a-t-il une dépense au nord de votre demeure? Votre Comité culturel poursuit sans relâche sa mission d’organiser le rendez-vous pour nos 150 ans. Nous vous invitons à continuer de nourrir notre mémoire collective, histoire de se raconter en 2019.

Joignez-nous en personne: Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et Sandra Michaud, par courriel: comite150@gmail.com ou par notre page Facebook.

Bonne continuité et merci de votre soutien, de votre participation, nous vous en sommes très reconnaissants!

Chronique du 150e de décembre 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Julie Galibois

150e St-Ulric_logo

«Avec la voix des orgues, la musique est une prière qui élève notre âme aux sommets de la beauté, et nous découvre un coin du ciel. Cette musique nous enchante, nous grandit, alors, l’âme plane sur les sommets de la sublime beauté.» Alice Simard dans La beauté de la musique, les organistes et l’orgue, notes dactylographiées non datées, archives d’Anne-Marie Michaud.

Un cadeau qui perdure depuis 100 ans

12-info-organismes-chronique-du-150e-photo-2

L’orgue de l’église de Saint-Ulric, non datée, archives d’Anne-Marie Michaud

L’église de Saint-Ulric est inaugurée en 1878, mais il faudra patienter deux ans avant d’y entendre occasionnellement de la musique. Depuis 1881, et ce, pendant 20 ans, c’est aux sons de l’harmonium de la famille de Joseph Roy que sont animées les grandes fêtes; Les Rois, Pâques, Noël, etc. Gracieusement prêté par la famille, il faut cependant transporter l’instrument à chaque fois ce qui est assez laborieux, nous pouvons l’imaginer… Au début du XXe siècle, la Fabrique achète un harmonium qui lui sert une quinzaine d’années durant. En 1916, Octavie Anctil, l’épouse de Joseph Roy, achète et offre à l’église un orgue de la célèbre Maison Casavant & Frères. Cet instrument dispendieux (2000$ à l’époque!) est de qualité sans égale si bien qu’aujourd’hui, près de 100 ans plus tard, c’est celui qu’on entend à l’église de Saint-Ulric. Triste coïncidence, les premières notes de l’orgue nouvellement installé dans l’église accompagnent la généreuse donatrice dans son dernier repos, à l’occasion de ses funérailles en avril 1916.

12-info-organismes-chronique-du-150e-photo-1

Alice Simard, 1945, archives d’Anne-Marie Michaud

Mademoiselle Alice Simard (1893-1986)

Trois ans plus tard, Mlle Alice Simard arrive en scène. Née à Matane, elle fréquente le couvent des Sœurs du Bon-Pasteur, aspire à devenir institutrice, y apprend le piano puis l’orgue à Price où elle enseigne en 1913. En 1919, Mlle Alice s’installe enfin à Saint-Ulric chez Jean-Baptiste Roy, son beau-frère, qui lui cède sa place comme organiste. Assidue et dévouée, elle admet n’avoir pu s’acquitter de son rôle à moins de dix reprises et n’avoir jamais manqué de sépulture en 56 ans de service! Source: extraits de la Voix gaspésienne, 1975, archives d’Anne-Marie Michaud

Un cadeau pour se raconter

En terminant, il me fait plaisir de vous signaler que le calendrier Souvenirs de Saint-Ulric 2017 produit au profit du 150e reçoit un accueil des plus chaleureux. Cependant, les quantités sont limitées aussi, nous invitons les intéressés à se manifester rapidement. L’achat en ligne se fait via le site internet de la Municipalité de Saint-Ulric. Pour le recevoir par la poste, faites-en la demande par courriel à l’adresse comite150@gmail.com. En personne, présentez-vous aux points de vente suivants: au Marché Dubé-Richelieu, à l’édifice 11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-2municipal de Saint-Ulric, à la Galerie d’art Lucette Lavoie, au Bar le Rendez-Vous, au dépanneur Chez B, à La Chouette librairie et chez le Fleuriste Harrisson. Finalement, notez que nous serons au Marché de Noël le dimanche 11 décembre 2016, à l’école Mgr-Belzile.

Le Comité culturel se joint à moi pour vous remercier de votre soutien et vous souhaiter de faire le plein de merveilleux souvenirs pendant la période des fêtes!

Lancement du calendrier 2017 du 150e anniversaire de Saint-Ulric: Les Ulricois étaient au rendez-vous

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e de Saint-Ulric 

par Andrée Gendron, secrétaire-trésorière

150e St-Ulric_logo

11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-1

Lancement du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric, le 30 septembre 2017. Crédit photo Guy Ouellet

Le 30 septembre dernier, lors d’un 5 à 7 au Vignoble Carpinteri et dans la douceur d’une magnifique journée d’automne, le Comité culturel Saint-Ulric a dévoilé le contenu du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric. Plus de 70 personnes étaient présentes.

Le Comité tient à les remercier et remercie également la Municipalité de Saint-Ulric et la Caisse Desjardins de La Matanie qui ont appuyé financièrement la réalisation du calendrier, ainsi que les commanditaires du lancement: le Vignoble Carpinteri, Léon Sirois et fils, Rémi Massé, député fédéral d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, le Marché Dubé-Richelieu et le Fleuriste Harrisson.

11-info-organismes-lancement-du-calendrier-2017-du-150e-anniversaire-de-saint-ulric-les-ulricois-etaient-au-rendez-vous-photo-2

Page couverture du Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric. Publié par Comité culturel Saint-Ulric

Le Calendrier 2017, Souvenirs de Saint-Ulric, illustre des moments de vie à Saint-Ulric durant le siècle dernier et souligne des événements qui ont marqué notre histoire. Des dates, des photos, des textes et des émotions qui nous préparent au rendez-vous de 2019. Ce calendrier est un beau cadeau à vous offrir et à offrir à vos parents et amis, le présent idéal pour le temps des Fêtes. Il est vendu à 15$ l’unité. Vous le trouverez à Saint-Ulric au Marché Dubé-Richelieu, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et au Bar le Rendez-vous. Vous pourrez aussi l’obtenir à Baie-des-Sables au dépanneur Chez B, ainsi qu’à Matane à La Chouette librairie et chez le Fleuriste Harrisson.

Il est aussi possible d’obtenir votre calendrier par la poste de deux façons. Si vous payez par chèque, il suffit de le demander par courriel à l’adresse comité150@gmail.com en n’oubliant pas de fournir, votre nom, votre adresse postale et le nombre d’exemplaires désirés. Nous vous ferons parvenir par courriel une facture (15$/unité plus les frais de poste d’au moins 6$) et vous pourrez nous envoyer le chèque par la poste au montant et à l’adresse indiqués sur la facture. Nous vous posterons vos calendriers dans les 10 jours suivant la réception de votre paiement. Vous pouvez aussi payer par carte de crédit ou via votre compte PayPal en vous rendant sur le site internet de la Municipalité de Saint-Ulric, à l’onglet 150e. Les frais de poste sont de 6$.

Le Comité tient à exprimer sa gratitude à tous ceux qui ont fourni des photos et rappelle que les profits de la vente du calendrier serviront à sa mission qui est de célébrer le 150e anniversaire de Saint-Ulric en 2019.

Chronique du 150e de Saint-Ulric

1910 – Amédée Gosselin et Maria Brassard. Collection Denis Carrier

1910 – Amédée Gosselin et Maria Brassard. Collection Denis Carrier

Les Gosselin: une famille dont le nom est lié étroitement à la Caisse Desjardins de Saint-Ulric

Plusieurs d’entre nous se souviennent d’Adrienne Gosselin (1911-1999) et de sa nièce Pauline (1947-2002), qui, tour à tour, nous ont accueillis au comptoir de la Caisse Desjardins de Saint-Ulric. L’institution avait alors pignon sur rue dans la maison des Gosselin où se trouve maintenant le salon de coiffure de Nathalie Carrier. Adrienne et Pauline sont respectivement de la deuxième et de la troisième génération de Gosselin à la tête de notre caisse, le père d’Adrienne, Amédée (1886 ou 1887-1942), les ayant précédées. Amédée Gosselin était un marchand qui s’était établi avec sa jeune épouse, Marie Émilie (Maria) Brassard (1892-1984), à Saint-Ulric en 1910, un an après le passage d’Alphonse Desjardins, venu assister à l’inauguration de la première Caisse Desjardins de La Matanie, le 26 septembre 1909. Ces trois générations de Gosselin ont été les figures dominantes de notre caisse durant les trois quarts du XXe siècle.

Chronique du 150e – Octobre 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

Logo final 08-2016Histoires d’écoles

Automne 1959, c’est la rentrée à la toute nouvelle école: Mgr-Belize! Médard Belzile, curé de Saint-Ulric de 1916 à 1929, aurait été fier que l’on nomme cette école en souvenir de celui qui fut derrière la construction du collège St-Médard.

Couvent du Saint-Rosaire vers 1935, Collection Jeanne Lagacé

Couvent du Saint-Rosaire vers 1935, Collection Jeanne Lagacé

Ce collège a connu une courte vie (1926 à 1950) en raison de la qualité du sol sur lequel reposaient ses assises. À sa démolition, on pense tout de même à recycler ses pierres pour clôturer le cimetière actuel. L’école Mgr-Belzile, agrandie en 1968, peut recevoir tous les élèves de la municipalité, laissant ainsi vacant le vieux couvent du Saint-Rosaire, qui sera en partie démoli en 1970.

Collège St-Médard, non datée, Archives de la Société d’histoire et de généalogie de Matane

Collège St-Médard, non datée, Archives de la Société d’histoire et de généalogie de Matane

C’est à la volonté de celui qui assure la cure de Saint-Ulric de 1901 à 1916, Pierre Célestin Saindon, que l’on doit la construction du couvent en 1908. Avant le début du siècle, ce sont les écoles de rang, voire même les maisons privées, qui servent l’éducation. Le recensement de 1871 nous apprend que trois écoles se trouvent sur le territoire. En 1864, le Diocèse de Québec mentionne que: «La Mission de St-Ulric a environ 90 familles et 300 communiants. Il y a eu dans le cours de l’année, 28 baptêmes, 3 mariages et 9 sépultures. L’année dernière, 2 écoles ont été ouvertes […]». Saint-Ulric a donc à cœur l’éducation de ses enfants et cette histoire se poursuit depuis plus de 150 ans. Bonne année scolaire à tous!

 

Calendrier 2017: Saint-Ulric se raconte!

Par ailleurs, histoire de préparer le grand rendez-vous du 150e de la municipalité en 2019, nous avons produit un calendrier 2017. Abondamment illustré et parsemé de bribes d’histoire de Saint-Ulric, le calendrier coûte 15$ et est en vente aux endroits suivants: au Marché Dubé-Richelieu, à l’édifice municipal, à la Galerie d’art Lucette Lavoie et au Bar le Rendez-Vous à Saint-Ulric; au dépanneur chez B à Baie-des-Sables ainsi qu’à la Chouette librairie et chez le Fleuriste Harrison à Matane. Il est aussi disponible en ligne via notre page Facebook et sur le site de la Municipalité.

Les profits sont destinés à notre mission d’organiser ce fameux rendez-vous en 2019 aussi, nous vous remercions de votre soutien.

Lancement du calendrier 2017 du 150e anniversaire de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Yves Boulay, président

150e St-Ulric_logo

En 2019, nous fêterons les 150 ans d’histoire de Saint-Ulric, 150 ans de labeur et de dévouement qui ont permis de nombreuses réalisations qui font qu’il fait vraiment bon de vivre ici. Afin d’aider à financer les célébrations à venir en 2019, nous nous sommes joints à nos principaux commanditaires (au moment d’écrire ces lignes, la liste des commanditaires n’est pas complète et nous n’avons pas encore la confirmation de leur présence), la Caisse Desjardins de La Matanie et la Municipalité de Saint-Ulric, afin de vous offrir un calendrier 2017. Ce calendrier raconte au fil des mois des moments de vie à Saint-Ulric au 20e siècle à l’aide de photos et de courtes histoires. Les Ulricois qui habitent ici depuis plusieurs générations ou qui y sont établis récemment, ainsi que tous ceux qui désirent connaître une partie de notre histoire y trouveront là un beau souvenir à conserver ou à offrir.

Il me fait plaisir, au nom du Comité culturel et de nos commanditaires, de vous annoncer le lancement du calendrier du 150e de Saint-Ulric. Ce lancement se fera en formule 5 à 7 et aura lieu le 30 septembre, au Vignoble Carpinteri (nous remercions l’administration du Vignoble Carpinteri qui met gratuitement à notre disposition leur salle de réception pour ce lancement), situé au 3141, Chemin du Pont Couvert à Saint-Ulric. Nous comptons sur votre présence afin que cet événement soit un pas de plus vers la réussite de la grande fête de 2019. Un léger goûter vous sera servi gratuitement et vous pourrez acheter des boissons au bar du vignoble. Bien sûr, vous pourrez vous procurer le calendrier sur place au prix de 15$ et n’oubliez pas, les quantités sont limitées!

La famille Dubé endeuillée par la mort d’Adèle, emportée par la tuberculose en 1947. Collection d’Yves Boulay

La famille Dubé endeuillée par la mort d’Adèle, emportée par la tuberculose en 1947. Collection d’Yves Boulay

Voici en primeur l’image qui illustre le mois de novembre.

Chronique du 150e – Août 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Histoire de se raconter: Léonce Durette (1932-2011)

L’été bat son plein et partout sur le territoire, nous voyons que Saint-Ulric se fait belle et attrayante. Comme activité culturelle, il y a le 4e Festival de Sculptures d’Art Populaire qui revient avec au programme les portes ouvertes de la «Maison pin d’épices». Généreuse, Colette Michaud, l’épouse du créateur, accueillera le public une fois de plus afin d’y présenter l’œuvre de son défunt mari, Léonce Durette. Comme ces milliers de gens l’ont fait entre les années 1980 et 2010, ne manquez pas de rencontrer cet environnement d’art populaire unique au monde.

08-Info-organismes - Chronique du 150e PHOTO 1C’est vers la fin des années 80 que Léonce se met à la sculpture d’art populaire d’abord en agrémentant ’intérieur de son logis avant d’envahir l’extérieur. Son œuvre devient l’attraction touristique de Saint-Ulric des années durant et aujourd’hui encore, il n’est pas rare de voir des curieux s’arrêter et photographier la maison. Probablement la maison privée la plus photographiée dans l’Est-du-Québec, elle a attiré l’attention des médias et de plusieurs Musées prestigieux dont le Musée de la civilisation à Québec qui présentait une de ses œuvres en 2014. Elle est le sujet du mémoire de maîtrise de l’historienne d’art Valérie Rousseau qui publie en 2007 un livre dans lequel elle examine en détail l’environnement de Léonce. Voici un extrait de compte-rendu de Vestiges de l’indiscipline, environnements d’art et anarchitecture, une publication du Musée canadien des civilisations. «Léonce Durette, […] a su […] ramasser, conserver et classer des objets apparemment inutiles pour ensuite les utiliser dans ses créations: des matériaux échoués sur le bord de la mer ou des vestiges de bois de chantier. Beaucoup d’objets, collectés pour le «frisson» ressenti par l’artiste à leur vue, ont servi à créer un environnement flamboyant, majestueux. […] Graduellement, nous avons le loisir de découvrir quelques parties de l’œuvre de Durette, comme le magnifique plafonnier de sa maison, jusqu’à ce que nous saisissions l’étendue de son audace: un environnement d’objets et de gestes artistiques qui couvrent entièrement l’intérieur et l’extérieur de son logis. Les objets utilitaires deviennent banals, dissimulés dans cet univers de nouveaux sens, dense et hétéroclite […] Durette perçoit son œuvre comme un prolongement de son existence, qui peut aussi bien disparaître avec lui.» (Source: Valérie Roussel)

08-Info-organismes - Chronique du 150e PHOTO 2Ainsi va la vie… Léonce n’est plus, mais la maison reste celle de Colette. L’intérieur est intact, mais les éléments extérieurs disparaissent tranquillement sous les effets des intempéries. Alors, histoire de connaître ce qu’il convient de nommer une partie de notre patrimoine culturel, je vous suggère de vous procurer cette publication pour approfondir vos connaissances sur ce formidable personnage et de profiter de cette rare occasion «portes ouvertes» pour découvrir ce qui fut faire à plusieurs, un petit détour dans le village. Les visites auront lieu les 13 et 14 août, entre 10h00 et 17h00, au 51 Ulric-Tessier.

En terminant, vos questions, commentaires, images et récits sont toujours les bienvenus! Que ce soit via notre adresse courriel: comite150@gmail.com, notre page Facebook ou en personne: Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et Sandra Michaud, votre dévoué Comité culturel.

Chronique du 150e – juillet 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logo

Saint-Ulric se raconte sur la sphère virtuelle!

Le Comité culturel de Saint-Ulric obtient un succès florissant avec l’ouverture publique de sa page Facebook à laquelle plus de 250 personnes se sont abonnées en quelques jours. Mise en place sous l’appellation 150ième anniversaire de Saint-Ulric et alimentée par Andrée Gendron, la secrétaire-trésorière du Comité, elle propose une panoplie d’informations concernant la longue histoire de notre Municipalité. À titre d’exemple, voici un extrait de la publication du 11 juin 2016:

07-Info-organismes - Chroniques du 150e PHOTO«Les enfants de l’école du deuxième rang de Tartigou (1944). Tous ces enfants sont les descendants de familles installées à Saint-Ulric au 19e siècle. Rangée 1: Gilles Lapointe, Sylvio Trépanier, Lucien Pelletier, Victorien Paquet, Raymond Trépanier. Rangée 2: Égide Coulombe, Hector Trépanier, Luc Pelletier, Laurent Bélanger, Léon Ouellet. Rangée 3: Jean-Louis Pelletier, Edmond Trépanier, Jean Watts, Marcel Coulombe, Claude Coulombe, Philippe Ouellet, Joseph Watts, Gonzague Paquet, Laurent Trépanier, George-Henri Pelletier. Rangée 4: Réjeanne Castonguay, Solange Paquet, Marie Paquet, Gemma Castonguay, Colette Pelletier.»

Un abonné, M. Pelletier, commente: «J’ai deux oncles et une tante du côté des Pelletier sur cette photo…» et Andrée répond: « Dans le recensement de 1891, Alphonse Pelletier est inscrit. Il est meunier. Il a alors 31 ans. Il a épousé Philomène Richard, en juillet 1888 à Saint-Ulric. De cette union, vont naître plusieurs enfants, dont Octave, qui naîtra en 1899. Octave, qui épousera Claire Bélanger en 1926, est le père des enfants Pelletier de cette école, donc votre grand-père.»

Continuez à y soumettre vos questions et commentaires et bien sûr, nous vous invitons chaleureusement à alimenter la page en y déposant vos souvenirs sous forme d’images ou de récits; ces précieux échanges constituent un pan de notre mémoire collective. Puisque tous ne sont pas abonnés à Facebook, évidemment que nous restons disposés à recueillir vos archives en personne: Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et Sandra Michaud sont à votre disposition. Cet été, le Comité du 150e collabore au projet de panneaux d’interprétation à saveur patrimoniale du Comité local de développement de la Rivière Blanche tout en préparant la première édition de la série des calendriers souvenirs dont la mise en marché est prévue cet automne. Merci infiniment à ceux qui ont partagé une part de leur histoire et à ceux qui le feront prochainement!

 

Chronique du 150e – juin 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

150e St-Ulric_logoHistoire de se raconter…

Le Comité culturel a tenu sa première activité de financement lors du brunch offert à la fête des Mères à l’école Mgr-Belzile le 8 mai dernier. Le succès de l’évènement repose sur les efforts de plusieurs, aussi, nous tenons à remercier chaque contribution, sous forme bénévole, financière ou encore de cadeaux. Nous remercions également chacun des Ulricois présents; votre grande participation motive davantage notre ambitieux projet de faire du 150e des festivités qui nous rassemblent et nous ressemblent. Nous avons noté l’intérêt de plus d’un pour organiser une soirée de présentation de photos anciennes aussi, nous tenterons d’y donner suite prochainement.

06-Info-organismes - Chronique du 150e PHOTO 2

Crédit photo Guy Ouellet

Depuis, nous poursuivons la grande récolte d’images et de récits. D’ailleurs, nous remercions ceux qui ont déjà généreusement partagé leurs archives personnelles; elles sont précieuses, car elles forment notre mémoire collective. Il est toujours possible de nous rejoindre: Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et Sandra Michaud, ou encore via la page Facebook du 150e pour contribuer. Parallèlement, le Comité s’affaire à la production d’un premier calendrier-souvenir pour l’année 2017 et un projet de création de panneaux d’interprétation initié par le Comité de développement de Rivière Blanche est également dans l’air… Nous serons ravis d’y collaborer, à suivre!

Clin d’œil historique

06-Info-organismes - Chronique du 150e PHOTO 1

crédit photo Victor Sirois (Source: page Facebook de Max Filion, Lire la mer, album Rivière Blanche)

Ce printemps, un nouveau pont traversant la Rivière Blanche à la hauteur du village est en cours de construction. Je profite de cette occasion pour vous proposer une vue de la rivière prise du pont en 1937 par Victor Sirois. Le pêcheur à gauche se trouve près du moulin de Joseph Roy. Il reste des traces du passage des moulins à bois à cet emplacement, sauriez-vous les identifier?

 

Chronique du 150e – mai 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Andrée Gendron et Julie Galibois

La fête des Mères, c’est l’occasion de célébrer les mères ulricoises et par elles, leur mère, grand-mères et aïeules qui ont permis à nos familles de prendre racine à Saint-Ulric. Je pense souvent aux femmes, souvent très jeunes, qui s’y sont installées à ses débuts. Elles arrivaient sur une terre non défrichée, dans un abri de fortune en attendant de bâtir une maison. Elles accouchaient de plusieurs enfants dans des conditions aujourd’hui inimaginables. Pas d’eau courante, pas d’installations sanitaires, dans le froid en hiver et sans l’aide de leur mère et leurs tantes, restées dans leurs paroisses d’origine. Elles devaient endurer la mort de plusieurs enfants emportés par des maladies aujourd’hui banales ou à peu près disparues. En 1871, le recenseur notait les noms de onze enfants morts avant un an, dont trois avant une semaine, les petits Ulric Sirois et Joseph Paquet et la petite Philomène Pelletier*. Quelle douleur pour ces mères! Mais ces femmes ont continué à faire des enfants, à les nourrir, à les vêtir et à les éduquer pour faire de Saint-Ulric ce qu’il est aujourd’hui. Ces mères pionnières méritent toute notre admiration.

Caroline Saint-Laurent (1850-1937) Crédit photo: Généalogie du Québec et d’Amérique française http://www.nosorigines.qc.ca/

Caroline Saint-Laurent (1850-1937)
Crédit photo: Généalogie du Québec et d’Amérique française http://www.nosorigines.qc.ca/

Portrait d’une mère pionnière: Caroline St-Laurent

Caroline Saint-Laurent est née le 20 mai 1850 dans la paroisse Saint-Germain de Rimouski. Elle a épousé le 25 janvier 1870 à Rimouski, Borromée Paquet. En 1871, elle et Borromée sont les nouveaux parents de Joseph, qui a alors quatre mois*. Caroline et Borromée ont eu plusieurs autres enfants: Jean-Baptiste, Venant, Harmidas, Louis, Adèle, Marie-Louise, Célina et Adélard. Joseph, Jean-Baptiste et Adèle demeureront dans la région et y élèveront leur famille. Les autres s’établiront à Fall River, Massachusetts, où Caroline les rejoindra et y décèdera, le 17 juillet 1934. Caroline Saint-Laurent est la grand-mère d’Aurore Paquet, qui lors de son décès à 106 ans et 6 mois en janvier 2014, était la doyenne de La Matanie. Elle est aussi l’arrière-grand-mère de Lucien Paquet, dernier maire de la paroisse de Saint-Ulric avant la fusion en 2000. Plusieurs descendants de Caroline et Borromée habitent encore Saint-Ulric.

Soyez complices de votre histoire!

Le dimanche 8 mai 2016, à partir de 10h, il y aura un brunch pour célébrer nos mères, grands-mères et aïeules, au gymnase de l’école Mgr-Belzile. Si cela n’est pas déjà fait, nous vous invitons à vous procurer vos billets auprès d’Yves Boulay, Andrée Gendron, Lucette Lavoie et au Marché Dubé. Le billet d’entrée est offert à 10$ par adulte, 5$ pour les enfants de 5 à 10 ans et c’est gratuit pour les moins de cinq ans.

En plus d’organiser le brunch, le Comité culturel numérisera sur place les documents que vous aurez apportés et prendra en note les coordonnées de ceux qui veulent y contribuer prochainement, sous formes de récits et d’images afin de nourrir notre mémoire collective. Nous vous ferons part de nos projets et nous présenterons ce qu’ont réalisé les élèves de l’école Mgr-Belzile en hommage aux mamans. Soyez complices de votre histoire! Par votre participation, vous soutenez directement votre Comité culturel dans sa mission de raconter les 150 ans de Saint-Ulric, aussi, nous vous attendons en grand nombre!

*Tiré du Recensement du Canada de 1871 du canton de Matane, dont le territoire était devenu presqu’entièrement celui de la paroisse de Saint-Ulric deux ans plus tôt. (mettre cette phrase en note de bas de page comme étant une référence svp)

 

Chronique du 150e – avril 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

Le Comité culturel poursuit avec enthousiasme sa mission de raconter les 150 ans d’histoire de Saint-Ulric à travers notamment les festivités qu’il organise, les événements auxquels il collabore et la publication d’un livre commémoratif.

Projet d’envergure: créer un fonds d’archives

Qu’avons-nous pour connaître, apprécier et transmettre notre histoire? Nous disposons de la publication Les cents ans de St-Ulric de Tessierville à nos jours, 1869-1969, publiée il y a près de 50 ans, sous la supervision de Cyr Michaud et Raymond Rioux. De leurs propres aveux, il s’agit d’une esquisse historique incomplète. Nous disposons aussi du fonds d’archives de Anne-Marie Michaud; archiviste autodidacte, elle a su collecter une grande quantité d’informations pertinentes. Nous lui en sommes extrêmement reconnaissants. En outre, il y a un peu de documents à la Société d’histoire et de généalogie de Matane. Au-delà de ces sources, il y a bien sûr vos archives personnelles. Afin de préserver et transmettre la mémoire de Saint-Ulric, votre contribution est essentielle. En ce sens, nous entreprenons une vaste collecte de vos souvenirs, sous forme de récits ou d’images. Il est toujours possible de communiquer avec nous (Yves Boulay, Julie Galibois, Andrée Gendron et Lucette Lavoie) et via notre adresse courriel (comite150e@gmail.com). Nous allons bientôt ouvrir une page Facebook afin de permettre aux internautes d’y partager leurs souvenirs. Ceux qui souhaitent contribuer, mais qui, techniquement, sont dans l’impossibilité de le faire, se verront pris en charge par un membre du comité. Puisque pour se raconter, il faut se souvenir… Merci de prendre le temps d’ouvrir et partager vos archives personnelles; elles constituent le corps de notre mémoire collective.

Brunch de la fête des Mères

Le dimanche 9 mai aura lieu notre première activité de financement. En plus de rendre hommage aux mamans ulricoises d’hier et d’aujourd’hui, nous profiterons de cette rencontre pour vous faire part de nos projets. Sur place, il sera possible de nous remettre des documents d’archives (photos, récits) que nous vous remettrons après les avoir numérisés. Surveillez la vente des billets qui devrait débuter très prochainement.

Photo souvenir

Plusieurs s’en souviennent, plusieurs le regrettent encore et d’autres l’apprendront: de 1875 à 1968, il y avait un grand quai derrière l’édifice municipal. 93 ans de marées, de transport du bois des moulins, de départs et retours de bateaux de pêcheurs et de plaisanciers, de rendez-vous doux, de rêves… En voici une partie, tel qu’il apparaissait en 1937, au travers de la lentille du photographe Victor Sirois.

crédit photo Victor Sirois (Source: page Facebook de Max Filion, Lire la mer, album Rivière Blanche)

crédit photo Victor Sirois
(Source: page Facebook de Max Filion, Lire la mer, album Rivière Blanche)

Chronique du 150e – mars 2016

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité culturel

Comité du 150e de Saint-Ulric, par Julie Galibois

 

Ulricois! Ulricoises!

Prenez note que jusqu’à notre 150e anniversaire en 2019, votre Comité culturel en collaboration avec votre journal local, publiera ici une chronique historique. Ce sera l’occasion de vous tenir au courant de nos activités tout en vous racontant l’histoire de Saint-Ulric.

Cette tribune vous appartient et en ce sens, nous vous invitons à nous suggérer des sujets qui vous interpellent via notre adresse courriel: comite150@gmail.com ou en personne (Yves Boulay, Mélanie Dubé, Julie Galibois, Andrée Gendron et Lucette Lavoie).

À surveiller prochainement: notre assemblée générale annuelle et le brunch de la fête des mères au profit des festivités du 150e.

Éphéméride:

Avant 1869, quelques familles sont déjà établies à Saint-Ulric. Aussi tôt qu’en 1847, une première route s’ouvre; c’est la route Tartigou (Gosselin), longeant la rivière du même nom. Suivra l’ancêtre de la route 132, soit le chemin Royal construit depuis Métis à Matane en 1850. On ouvre ensuite le grand 2e rang en 1857, suivi de la route à Donat (Saint-Laurent) en 1862, puis de la route James Ross en 1867. (Source: «Les cent ans de St-Ulric, de Tessierville à nos jours 1869-1969», Cyr Michaud et Raymond Rioux, Imprimerie Vachon & Cie, Mont-Joli, Qc, 1969, p.74)

03-Info-organismes - Chronique du 150e

Le Comité culturel renaît en vue des fêtes du 150e anniversaire de Saint-Ulric

bandeau_INFO-ORGANISMES

Comité du 150e, par Andrée Gendron, secrétaire-trésorière

 

Le 17 février 1869, l’évêque de Rimouski signait le décret qui donnait vie à la paroisse de Saint-Ulric qui aura donc 150 ans en 2019. La célébration de cet anniversaire est un des objectifs du Plan de développement local 2015-2019 de la Municipalité de Saint-Ulric élaboré en collaboration avec le Comité de développement local de la Rivière-Blanche.

La très dévouée Vanessa Caron, de la MRC de La Matanie, n’a pas ménagé ses efforts pour former un comité provisoire pour préparer le terrain à un comité organisateur permanent des festivités du 150e de Saint-Ulric. Ce comité provisoire a tenu trois rencontres soit: le 10 mars 2015, le 21 avril 2015 et le 26 mai 2015. Il a de plus réalisé une consultation sous forme d’un sondage électronique et de boîtes à suggestions par lesquels les citoyens pouvaient exprimer leurs préférences relativement aux festivités du 150e.

Par ailleurs, le comité provisoire en est arrivé à la conclusion que les mandats du Comité culturel Saint-Ulric, enregistré en 2005 mais inactif depuis 2012, étaient tout-à-fait compatibles avec l’organisation des festivités du 150e et qu’il serait avantageux de le faire renaître et de lui permettre de continuer à servir la population.

C’est ainsi que le Comité culturel Saint-Ulric a tenu son assemblée générale annuelle, le 30 septembre 2015, avec comme mandat principal l’organisation des festivités du 150e anniversaire de Saint-Ulric. Sa nouvelle appellation est maintenant Comité culturel Saint-Ulric (Comité du 150e anniversaire de Saint-Ulric). Les administrateurs sont Yves Boulay, président, Julie Galibois, vice-présidente, Andrée Gendron, secrétaire-trésorière, Mélanie Dubé et Lucette Lavoie, administratrices.

Un pas est ainsi franchi dans l’organisation des festivités du 150e. Cependant, il reste beaucoup à faire et l’implication des citoyens de Saint-Ulric est essentielle pour faire de cette célébration une réussite. Saint-Ulric a montré qu’il sait se démarquer par de grandes fêtes entre anciens et nouveaux résidants et qu’il a à cœur son histoire, son patrimoine et ses ancêtres. Le Comité culturel veut donc s’appuyer sur les forces vives des citoyens de Saint-Ulric dans l’organisation des festivités du 150e et se fera un devoir de vous informer de ses activités. Se pointent déjà à l’horizon des consultations sur un slogan, un logo, des produits promotionnels, des éléments distinctifs, etc.

Alors, jeunes, adultes, nouvelles et anciennes familles, aînées et aînés, nous voilà sur la ligne de départ pour faire du 150e de Saint-Ulric la fête que nous souhaitons tous.