Que se passe-t-il au CLDRB?

par le CDLRB

On a presque 150 ans!
Célébrons notre village! Le Comité local de développement de la Rivière-Blanche encourage grandement les gens à participer aux nombreuses festivités du 150e anniversaire de Saint-Ulric qui auront lieu tout au long de l’année 2019.

Bon hiver à tous!

Publicités

Chanter Noël

par François Larocque

Le Théâtre «Une petite gêne sur scène» est toujours à la recherche de moyens de financement originaux. Une tradition s’est installée depuis une bonne dizaine d’années: former une petite chorale de chanteurs pour le temps des fêtes. Cette année, il n’y aura pas de Cabaret de Noël comme par les années passées (l’idée était bonne, mais elle demandait trop d’énergie pour si peu de rendement). Toutefois, la troupe chantera un peu partout. Suivez-nous, venez nous écouter et encouragez-nous en lançant des sous dans notre étui à guitare! Nous avons répété 84 chansons différentes pour vous divertir.

Voici notre horaire:

Vendredi 7 décembre de 18h à 21h aux Galeries du Vieux Port
Samedi 8 décembre de 13h à 13h20 à la bibliothèque municipale de Matane
Samedi 8 décembre de 13h30 à 16h aux Galeries du Vieux Port
Dimanche 9 décembre de 10h à 12h au Marché de Noël à Saint-Ulric
Vendredi 14 décembre de 18h à 21h aux Galeries du Vieux Port
Samedi 15 décembre de 13h30 à 16h aux Galeries du Vieux Port

D’autre part, la troupe est en train de travailler sur une pièce intitulée Mystère au Garage Fournier, qui sera présentée au mois de juin 2019 dans le cadre des activités du 150e anniversaire de Saint-Ulric. Une comédie policière à ne pas manquer!

La troupe 2018-2019 est formée de six jeunes (Béatrice Bernard Lessard, Maxime Caron, Lydia Gagné, Julie Langlois-Sirois, Jade Malenfant et Mathieu Ouellet) et deux adultes (Marie-Andrée Forget et Lysandre Larocque), ainsi que de votre humble serviteur et metteur en scène, François Larocque.

Chronique du 150e

par Jocelyne Rioux

Décembre. Mois du merveilleux. Période du retour à l’enfance. Et un temps de l’avent qui marque le décompte dans son célèbre calendrier que Noël arrive à grands pas. On se prépare à accueillir la venue du petit Jésus. Déjà, l’esprit de Noël s’installe et nous enveloppe dans sa bulle féérique.

Qui, d’entre nous, n’a pas emmagasiné son plus beau souvenir de Noël? Qui, dans son imaginaire le plus fou, n’a pas cru, ne serait-ce qu’une fois, au père Noël? Qui n’a pas espéré recevoir sous le sapin le jouet tant désiré? Celui-là même qui se trouvait dans le catalogue Eaton ou Simpson Sears? Je me souviens encore d’avoir feuilleté ce dernier à m’en user le bout des doigts. Je prenais soin de tourner délicatement les pages afin de ne pas les abîmer. Entre le rêve et la réalité, il y a l’espoir. C’est ce qui nourrit et c’est gratuit!

Heureusement, plus question d’attendre le 24 pour couper et décorer le sapin comme autrefois. Les boules en verre placées soigneusement en hauteur, l’ange coiffant la cime, les guirlandes et les milliers de glaçons déposés un à un sur les branches donnent fière allure de givre au sapin qui trône dans le salon. Les grosses lumières rouges, vertes, jaunes et bleues installées en triangle ou autour des fenêtres illuminent la devanture des maisons.

Pas de lumières claires. Des vraies couleurs.
M’émerveillant devant chaque maison décorée et les magnifiques vitrines de magasins, mes yeux d’enfant étaient aveuglés par tant d’éclat. Comme mon village était beau! De toutes les nuits, celle de Noël est la plus magique.

La tradition voulait que nous revêtions nos plus beaux atours afin de nous rendre à la messe de minuit: à minuit. Une chorale chevronnée qui entonnait ses plus beaux cantiques: «Adeste Fideles, Venez Divin Messie, Il est né le divin enfant», mais le point fort de la messe: le «Minuit chrétien». Nul autre que Midas Roy pouvait le faire de façon si puissante. J’avais hâte à la communion pour admirer la crèche – court instant de grâce – et voir le petit ange faire un salut moyennant une pièce de 10 cents. À la sortie, la neige commençait à tomber, les flocons tourbillonnaient au son du tintement des cloches, recouvrant d’un tapis blanc immaculé le perron de l’église bondé de monde. C’est à cet instant précis que la magie opérait. Les éclats de rire, les échanges de vœux, les solides poignées de main, les «Passez faire un tour» affluaient de partout. Que de l’amour! Que de la paix! Que de la joie!

Ma mère s’affairait aux fourneaux durant notre absence et au retour, des effluves de cipaille et de pâtés à la viande se disputaient l’odeur délicate des gâteaux et des biscuits. La table mise avec le service à vaisselle des grandes occasions, la bûche comme centre de table, quelques bonbons français, des cousins et cousines, des oncles et tantes. Toute la famille y était: mes sœurs, mes frères et Lassie. Comme on était bien ensemble!
Un petit verre de Saint-Georges pour certains, une «Dow» pour d’autres, le réveillon bien amorcé, l’excitation était à son maximum. Nous attendions impatiemment le cadeau mémorable et méticuleusement emballé. La fébrilité était à son comble. Cette année-là, j’avais reçu de beaux patins blancs et ma sœur Mireille, une poupée qui marche. Le père Noël existait donc vraiment…

L’époque des oranges et des pommes dans les bas suspendus était révolue. À l’aube et à moitié endormis, nous devions monter nous coucher. Fatigués, mais heureux. C’était le prix à payer pour pouvoir aller faire la grande tournée chez la famille Boucher.

Qu’on soit enivré par la frénésie des fêtes ou envahi par la nostalgie de Noël, Noël est resté gravé dans la mémoire de tous. C’est encore avec les étoiles dans les yeux et la même naïveté que je suis emportée par la magie des fêtes.

Le compte à rebours est commencé. L’année 2018 quittera sous peu son poste et 2019 fera son entrée avec toute sa grâce, sa dignité et sa fierté.

Toute l’équipe du Comité 150e vous souhaite de joyeuses fêtes et une très belle année 2019!

Le Cercle de Fermières

par Françoise Gagnon, responsable des communications

Le Cercle de Fermières de Saint-Ulric tient à vous informer que nous n’aurons pas de réunion en décembre 2018 ni en janvier 2019.

Notre prochaine rencontre aura lieu le lundi 4 février à 13h30 à notre local au sous-sol de l’église.

Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes à tous!

Des nouvelles du Club des 50 ans et plus

par Danielle Giguère, secrétaire

Le Club des 50 ans et plus de Saint-Ulric vous convie à leur souper mensuel ayant pour thème la fête de Noël le vendredi 14 décembre à 17h30 au 130 Ulric-Tessier.

Au menu: crème de champignons, émincé de bœuf accompagné de pommes de terre en purée et salade. Pour dessert, bûche de Noël flambée.

Bienvenue à tous!

Les prix sont de 15$ pour les membres, 17$ pour les non-membres, 7$ pour les enfants de 5 à 12 ans et c’est gratuit pour les moins de 5 ans. Il y a aussi la possibilité d’un tarif familial à 35$.

Notez que les nouvelles cartes de membre sont arrivées. Les personnes qui viendront les chercher avant ou pendant le souper auront droit au tirage d’un prix à la fin du repas. Il en ira de même pour le mois de décembre aussi. De cette façon, les membres ayant pris possession de leur carte avant la fin du souper auront deux chances de gagner durant le souper de Noël. Les nouveaux membres auront les mêmes droits que les anciens.

L’équipe du Gym St-Ulric

par l’équipe du Gym

À votre Gym!
Le temps des fêtes arrive à grands pas. Un petit cadeau de dernière minute qui s’offre bien et qui démontre que vous tenez à vos proches: un certificat cadeau du Gym St-Ulric. Passez nous voir pour plus d’information.

Depuis le 19 novembre dernier, le gym a légèrement modifié son horaire de l’après-midi en fonction de l’achalandage que nous avons depuis notre ouverture.

 

Lundi au jeudi: 9h à 11h et de 16h à 20h
Samedi: 9h à 12h

Avec l’hiver qui s’installe et les sautes d’humeur de dame nature, nous tenons à vous rappeler d’être prudents lors de vos déplacements. Dans le même ordre d’idées, il se peut que nous soyons obligés de fermer le gym lorsque la météo ne sera pas clémente. Nous vous tiendrons informés via notre page Facebook.

Vous avez des suggestions ou des commentaires? Envoyez-nous un message privé sur notre page Facebook, écrivez-nous un courriel (gym.st.ulric@gmail.com) ou passez nous voir durant nos heures d’ouverture.

En route vers un hiver actif!

Le Comité d’entraide de Saint-Ulric

par Fernande Charette

 

Encore une fois cette année, le Comité d’entraide sollicite votre participation pour la campagne de dons de paniers de Noël pour les familles de chez nous qui en feront la demande.

L’an passé, 18 paniers de Noël ont été distribués.

Nous pouvons recueillir des denrées au Marché Dubé et à l’église. Des enveloppes pour les dons en argent sont disponibles aux mêmes endroits et à la Caisse Desjardins de Saint-Ulric.

Nous avons besoin de votre générosité pour répondre aux demandes reçues et vos dons resteront dans votre communauté.

La chorale de Saint-Ulric

par René Beaulieu, directeur

Il y aura un petit concert de Noël le lundi 24 décembre à 19h30 à l’église de Saint-Ulric.
En plus de leur participation à la chorale du 150e de Saint-Ulric, les membres de la chorale de la paroisse doublent leurs efforts afin de vous offrir leur petit concert habituel.

Suivra la messe de Noël à 20h.
Votre participation en grand nombre nous touche toujours et nous espérons que notre présentation sera pour chacun de vous une belle occasion de lancer cette grande fête.

Bienvenue à tous et joyeux temps des fêtes!

Du nouveau dans votre Ulricois

 

par Pascale Gagné, présidente du Journal L’Ulricois

Votre Journal L’Ulricois arrivera avec des nouveautés pour son édition de décembre!

Afin de permettre aux organismes ulricois, à la Municipalité et aux collaborateurs de vous offrir encore plus d’information, nous passerons de 8 pages à 12 pages! Plus d’espace pour les gens qui y écrivent déjà, mais aussi pour les nouvelles personnes qui désirent y écrire.

Nous aurons justement en nouveauté une chronique du CLSC qui informera des services qui sont offerts à la population ulricoise. Aussi, un Ulricois s’est proposé pour écrire un éditorial. Son opinion, bien personnelle, critiquera les enjeux de société que le Québec – et Saint-Ulric par le fait même – est en train de vivre. Vous pourrez être d’accord ou pas, mais il vous fera réagir, c’est certain!

Le volet publicité sera optimisé. Nous offrirons sous peu des espaces de publicités sectorielles: hébergement, alimentation, automobile, loisirs, artisanat, etc. Entreprises de Saint-Ulric et propriétaires ulricois d’entreprises: faites-vous connaître! En plus, notre graphiste vous propose désormais de confectionner vos publicités! Un design au goût du jour fait avec professionnalisme! Informez-vous dès aujourd’hui en nous écrivant ou en visitant notre site web.

Notre site web sera aussi totalement remanié au cours des prochains mois. Il sera plus convivial, plus actuel, bref, vous adorerez aller y lire vos articles en ligne!

Finalement, vous serez bientôt sollicités pour répondre à une consultation publique en format papier ou web: nous voulons savoir ce qui vous plaît dans votre Ulricois, ce qui vous dérange, ce que vous aimeriez avoir de plus. Nous voulons être à l’image des gens qui nous lisent.

Merci à vous, chers lecteurs! Le Journal L’Ulricois est ce qu’il est grâce à vous!

Chronique du 150e

par Jocelyne Rioux

Fini les citrouilles et les fantômes, déguisements rangés, sacs de friandises remplis, Halloween est enterrée. Novembre arrache à grands coups de vent les dernières feuilles offrant ainsi un décor gris, morose et funeste.
Ce dicton météorologique nous le prouve bien: «Temps de novembre, gris comme la cendre, sois-nous clément, jusqu’à l’Avent». Le cycle hivernal est commencé! Et pour cause! «Le mois de novembre est malsain, il fait tousser dès la Toussaint», disait un vieux dicton. «La Toussaint venue, quitte ta charrue», en disait un autre. «À la Toussaint, les blés semés et tous les fruits rentrés».

Toutes ces citations nous portent à croire que la fête du 1er novembre, la Toussaint, était non seulement une occasion de se remémorer et d’honorer tous les saints connus et inconnus qui, souhaitons-le, veillent encore sur nous, mais était également le moment charnière de l’année pour préparer les victuailles et s’approvisionner pour la longue saison froide.

L’engrangement des récoltes est terminé, les confitures de petits fruits, les marinades et les conserves sont bien classées dans la dépense, on s’apprête à transformer et à procéder à la conservation des aliments, notamment la viande. Saumurage, fumage, fermentation, sucre, sel et vinaigre, voilà les ingrédients et les façons de faire de l’époque. Et surtout, pas de gaspillage! Tout est bon dans le cochon (hormis la bile); celui-ci finira sur la table recouverte d’une nappe à carreaux, en lard salé, en boudin, en saucisson, en rillette, en andouille, en tête fromagée…

Cependant, les recettes d’antan, les procédés de stérilisation et la fabrication de plusieurs produits ont été transmis de génération en génération grâce à des femmes extraordinaires: les fermières (majoritairement de la ferme). Qui n’a pas consulté, ne serait-ce qu’une fois, leur livre de recettes? C’est à elles que nous devons, entre autres, le confort des pantoufles de Phentex (poléon), les courtepointes, les catalognes, les inimitables linges à vaisselle et le savon caustique.

On ne peut pas regretter la vie de nos ancêtres qui fut difficile, mais sachons reconnaître leur débrouillardise, leur sens du travail et sans oublier qu’ils furent les premiers écoresponsables.

Novembre est entièrement consacré aux défunts et aux trépassés. On l’appelle d’ailleurs le mois des morts. À l’époque, le rituel de commémoration du 2 novembre est bien ancré dans nos traditions et à Saint-Ulric. Les paroissiens assistent nombreux à la célébration religieuse au cimetière, alors qu’aujourd’hui, ils ne sont qu’une poignée de fidèles à se présenter pour ce moment de prière. Il ne s’agit pas de s’attendrir sur un passé dévolu, mais plutôt de flâner sur les sentiers de la mémoire qui permettent de dire qu’avant nous, il eut une existence: celle de nos ancêtres.

Et puisque nous sommes à nous raconter et à nous souvenir, il est immensément important de souligner le jour du Souvenir: l’Armistice (fin des combats) de la Première Guerre mondiale. La onzième heure du onzième jour du onzième mois de l’année 1918, les clairons sonnent, les soldats ne craignent plus… Les guerres du passé, rappelons-les, étaient le devenir de notre présent.

Portons fièrement le coquelicot rouge sang, symbole durable du souvenir de ceux qui ont servi leur pays ou qui sont morts pour lui et qui est le principal emblème de la Légion royale canadienne, et plus particulièrement cette année, puisque nous commémorerons le 100e anniversaire de l’Armistice.

Gardons-nous d’oublier nos valeureux combattants ulricois et qu’il me soit permis, par le biais de cette tribune, d’en nommer quelques-uns: les Beaulieu, Bernier, Bérubé, Blier, Boulay, Caron, Gagnon, Lamarre, Lapointe, Lepage, Levasseur, Lévesque, Ouellet, Pelletier, Perron, Michaud, Richard, Ross, Talbot, et tous les autres…

Lucien Bernier
(collection Gisèle Gauthier)

Philippe Bernier
(collection Gisèle Gauthier)

Cercle de Fermières, 1955 (Collection Jocelyne Pilote)

La fin de novembre, soit le 25, se prête aussi à une autre tradition typiquement québécoise: la Sainte-Catherine connue aussi sous l’appellation de la fête des «vieilles filles». Qu’on m’envoie au cachot si j’ose nommer une de ces perles non réclamées!

Ce jour-là, les effluves de mélasse parfumaient la plupart des cuisines, car on y préparait un très goûteux bonbon mou: la tire Sainte-Catherine. Sa confection plutôt spectaculaire consiste à étirer (le plus souvent à deux) une préparation de sucre bouilli, qui prend alors une magnifique couleur dorée. J’ai souvenir encore de celle, délicieusement faite, par Irène Talbot qui n’a rien d’égal à la vulgaire «kiss» de magasin.

De nos jours, novembre fait jaillir une nouvelle tradition, au nom de la santé masculine, le «movember». Ne soyons donc pas étonnés de voir nos Ulricois, ce mois-ci, porter fièrement la moustache en guise de solidarité.

BV :

Photo 1: Lucien Bernier (collection Gisèle Gauthier)
Photo 2: Philippe Bernier (collection Gisèle Gauthier)
Photo 3: Cercle de Fermières, 1955 (Collection Jocelyne Pilote)

La Chorale du 150e à la recherche de voix masculines

par René Beaulieu, directeur de la Chorale du 150e (418 737-4727)

Les activités de la Chorale du 150e sont reprises depuis le début de septembre. Elle est formée de 39 choristes: 30 dames et 9 hommes.
Compte tenu du nombre plus restreint de voix masculines, nous aimerions bien équilibrer l’harmonie des voix avec la participation de quelques hommes qui aiment chanter et qui aimeraient tenter cette expérience avec nous.
La création de ce nouveau groupe vise à offrir une soirée-spectacle le 11 mai 2019 dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de Saint-Ulric.

Le programme comprendra des chants populaires et folkloriques présentés par la chorale en première partie et un artiste de chez nous, Jean-Pierre Bérubé, assurera la seconde partie.

Afin de faciliter l’apprentissage des chants, nous disposons d’enregistrements musicaux des partitions par lien internet et par CD. Nos répétitions se font une soirée par semaine. Peut-être qu’assister à une répétition «juste pour voir» pourrait vous convaincre du plaisir que vous auriez à rejoindre le groupe.

Pour en savoir davantage sur le projet, vous pouvez me joindre par téléphone.

Saisissez la chance de pouvoir dire à vos proches en 2069 que vous avez eu l’opportunité de chanter lors des fêtes du 150e de Saint-Ulric!

Des nouvelles du Club des 50 ans et plus

par Danielle Giguère, secrétaire

Nous avons reçu vos cartes de membre pour l’année 2019 au coût de 25$ comme les autres années. Vous pourrez vous les procurer à nos activités du mardi de 13h15 à 15h15 du 30 octobre au 11 décembre, à notre brunch du dimanche 18 novembre et à notre souper de Noël du vendredi 14 décembre.

Renouvelez tôt et vous aurez droit à un tirage spécial à notre brunch de novembre et à notre souper de décembre. Si vous êtes absents, nous vous appellerons si votre nom est pigé.
Pour plus d’information, veuillez communiquer avec Françoise Gagnon, responsable pour les cartes de membres, au 418 737-4440.

Au plaisir de vous rencontrer!

Notre conseil d’administration: Richard Lavoie, président; Jacques Simoneau, vice-président; Danielle Giguère, secrétaire; Françoise Gagnon, trésorière; Jocelyne Beaulieu, Denis Caron et Suzanne Gauthier, administrateurs.

Le Centre d’action bénévole de la région de Matane

par Sylvie Fortin, chargée de projet – soutien alimentaire (418 562-6444)

Les P’tits givrés est un service de soutien alimentaire offert depuis mars 2018 aux personnes en perte d’autonomie permanente ou temporaire vivant dans les municipalités rurales de La Matanie. Des plats santé congelés sont livrés à votre porte toutes les deux semaines par des bénévoles du Centre d’action bénévole de la région de Matane.

Ces plats variés et savoureux vous sont offerts au coût de 5,50$ chacun.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, contactez-moi.

Le Cercle de Fermières

par Françoise Gagnon, responsable des communications

Le Cercle de Fermières de Saint-Ulric tiendra sa prochaine réunion le lundi 5 novembre 13h30 à son local habituel au sous-sol de l’église.

Bienvenue à toutes nos dames Fermières et à toutes celles qui aimeraient en savoir plus sur nos activités ou se joindre à nous.
Merci à tous ceux qui sont venus participer à notre bingo-cadeau et à notre exposition d’artisanat en octobre. Ce fut bien plaisant de vous recevoir et de pouvoir jaser avec vous tous.

Au plaisir de vous rencontrer!

Notre conseil d’administration: Michelle, Évelyne, Lucille, Colette, Françoise.

Que se passe-t-il au CLDRB?

 

par le CDLRB

Fête des bénévoles et des nouveaux arrivants

Le samedi 24 novembre, joignez-vous à nous pour célébrer les bénévoles ulricois ainsi que les nouveaux arrivants lors d’un petit gala qui aura lieu au gymnase de l’école Mgr. Belzile dès 17h 30. Un repas et une soirée dansante complèteront les festivités.

Nous désirons remercier chaleureusement nos partenaires et commanditaires: le Marché Dubé, la Municipalité de Saint-Ulric, le Fonds de soutien à la vitalité, le Journal L’Ulricois ainsi que tous les comités pour leur soutien financier.

Les billets pour cette activité gratuite sont disponibles au Marché Dubé.

Bienvenue à tous!

Ligue amicale de badminton de Saint-Ulric

par Pascale Gagné

Vous avez le goût d’avoir du plaisir tout en faisant de l’exercice physique? Venez jouer au badminton!
Tous les lundis soir du calendrier scolaire, les gens de la ligue amicale de badminton de Saint-Ulric se rencontrent pour jouer quelques parties de 19h15 à 21h au gymnase de l’école Mgr. Belzile.

Aucune inscription n’est requise, seulement 3$ par personne par soir sont demandés pour contribuer à la location du gymnase.

Alors, apportez votre raquette et venez vous amuser!

Pour information, contactez Sylvain Lessard au 418 556-4569.

Chronique du 150e

par Jocelyne Rioux

L’automne arbore ses plus belles couleurs et Saint-Ulric charme ses habitants et ses visiteurs de ses splendides paysages. Féériques du côté de la montagne, pittoresques du côté de la mer. Les champs de blé, les vignes, les vergers, la migration des oies offrent un spectacle grandiose qui, au fil des derniers 150 ans, n’a pu que s’enrichir et s’embellir. S’émerveiller par la beauté des paysages nous porte souvent à la rêverie, mais qu’en est-il de l’attrait de nos infrastructures?

Photo: courtoisie

L’église, c’est souvent ce qu’il y a de plus beau dans un village. Saint-Ulric a, non la chance, mais le mérite, d’avoir un impressionnant édifice religieux, un des rares spécimens de belles églises d’une grande époque qui fait l’envie de bien des citoyens. Située au centre du village, on l’aperçoit de loin; fière, autoritaire, digne et gracieuse. Un clocher si haut et un carillon formé de trois cloches qui tintent au rythme des différents événements coiffent cette imposante structure de pierre. À la fois fascinant et mystérieux, l’intérieur de ce décor n’est pas sans rappeler les rituels, les événements laissant tantôt des souvenirs heureux, tantôt malheureux, tous bien gravés dans la mémoire des gens.

Ce joyau de notre patrimoine religieux, comme l’a si habilement décrit le curé Albert Roy, digne représentant du Christ dans un document portant ce titre, a joué un rôle primordial dans la vie des Ulricois. L’histoire de Saint-Ulric ne pourrait se raconter sans évoquer la puissante institution qu’est l’Église. Bien que ce spécimen architectural soit l’œuvre d’artisans et d’artistes talentueux, soigneusement choisis, il n’en demeure pas moins que sans l’apport de nos ancêtres, la finalité aurait été tout autre. Ces chrétiens empreints d’une générosité sans borne ont participé à sa construction et à son fonctionnement tout en assurant sa pérennité. Leurs croyances, leurs valeurs et leur foi étaient au cœur de leurs aspirations. Grâce à l’entraide et leur conscience sociale, ces valeureux pionniers ont légué non seulement un bâtiment, mais ont donné naissance à un concept qu’on appelle aujourd’hui: bénévolat.
Cet acte de gratuité, d’humilité, de dévouement, de disponibilité et d’altruisme s’est transmis chez les Ulricois de génération en génération. «Il faut la mémoire de beaucoup d’instants pour faire un souvenir complet.», disait Gaston Bachelard.

Qu’il me suffise en écrivant ces lignes, ne serait-ce que pour un instant, me rappeler du dimanche matin où nous devions prendre part, assidument et obligatoirement, à la messe. Immobile sur le perron de l’église, ouvrant l’œil à moitié afin de contempler la croix installée au sommet des nuages, M. Sarto, le bedeau, fait entendre la voix des cloches pour informer la communauté qu’il est l’heure de prendre place dans le banc dûment acquitté pour l’année. Incapable d’ouvrir les lourdes portes rouge brique presque rouille, il faut se faufiler pour franchir le porche et ainsi tenter de rejoindre le banc de bois vernis «25».

J’assiste dès lors à l’inextricable cérémonial où règne une atmosphère solennelle. Même les «frontiersman», M. Bouillon, M. Bernier et tous les autres, ont un air sérieux. Le caractère sacré des ornements rayonnant de dorure et logeant dans le chœur m’éblouit et semble être réservé au clergé. La chorale, dirigée habilement par Rosaire Beaulieu, pousse l’agneau de Dieu sur le Do La Ré Sol. J’adore. Stupéfaite par tant de splendeur et de noblesse, plusieurs de mes questions d’enfant restent sans réponses. «Pourquoi lorsqu’on meurt on va au ciel, mais on le met dans la terre?» Enfin! Continuellement en alternance du genou droit au gauche sur l’agenouilloir, des centaines de coups d’œil sont jetés vers le jubé par crainte que quelqu’un y tombe, je rêve alors du moment où le fils soumis à l’Église m’autorise à me lever. Tiens donc, je découvre une gomme à mâcher bien collée sous le banc! Parfois, il suffisait du regard complice de ma sœur pour que durant mon marmonnage du «Notre Père», nous soyons épris d’un fou rire inexplicable auquel les yeux bleus poudre du paternel devenaient soudainement noir de jais.

Il ne suffit pas de se remémorer son passé pour en écrire l’Histoire et les descriptions de ma mémoire ce n’est pas l’Histoire. J’ose espérer que la lecture de cette chronique vous donnera envie d’aller revisiter notre église en la voyant bien au-delà de l’édifice, mais comme précieux héritage culturel, spirituel, familial et social. Un endroit précieux de rassemblement, de recueillement et de quête personnelle. Nous avons tous les droits d’être divinement fiers de notre église. Souhaitons que la divine Providence la protège ainsi que tous les Ulricois. Amen.

Bénévoles recherchés
Le Comité culturel 150e Saint-Ulric est à la recherche de bénévoles pour l’ensemble de ses activités durant l’année 2019. Si vous avez le goût de vous impliquer, de laisser une trace dans l’histoire ou de participer à ce projet communautaire, vous pouvez laisser votre nom à Olivier Garot, coordonnateur municipal au service des loisirs au 418 737-4341 poste 203.

Nous apprécions chaque geste, si minime soit-il, et nous vous en remercions à l’avance.

Des nouvelles du Club des 50 ans et plus

par Danielle Giguère

Le Club des 50 ans et plus de Saint-Ulric vous convie à leur souper mensuel ayant pour thème l’Halloween le:

Photo: courtoisie

vendredi 19 octobre à 17h30 au 130 Ulric-Tessier.

Au menu: soupe aux légumes d’automne, dinde avec sauce, accompagnée de légumes et salade. Pour dessert, un gâteau salade de fruits avec sauce au sucre à la crème.

Bienvenue à tous!

Pour les membres, le prix est de 15$, les non-membres 17$, les enfants de 5 à 12 ans 7$, et c’est gratuit pour les moins de 5 ans. Il y a la possibilité d’un tarif familial à 35$.

Nous voulons vous informer également que nous recevrons les nouvelles cartes de membre pour l’année 2019 vers la fin octobre au coût de 25$ comme les autres années.

Vous voulez devenir membre ou renouveler votre carte de membre? Venez nous rencontrer et prendre un café avec nous au local des 50 ans et plus les mardis de 13h15 à 15h15 à partir du mois de novembre.

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec Françoise Gagnon, responsable pour les cartes de membre, au 418 737-4440.

Au plaisir de vous rencontrer!

L’équipe du Gym St-Ulric

par l’équipe du Gym

Nous entamons notre deuxième année d’existence! Nous avons été très satisfaits de la première année et nous sommes confiants que cette année sera meilleure.

Photo: courtoisie

Du nouveau cette année: des «safety spotter arms» ont été achetés pour vous assister lorsque vous êtes seuls et désirez faire du développé couché, squat, etc.

Pour vous inscrire au gym, simplement vous présenter durant nos heures d’ouverture et le bénévole présent se fera un plaisir de vous accueillir. Nous acceptons les paiements en argent et par chèque (adressé au Comité local de développement de la Rivière Blanche).

Nos heures d’ouverture sont du lundi au jeudi de 9h à 11h et de 15h à 21h et le samedi de 9h à midi.

Trois types de tarifs: journalier (3$ étudiants; 5$ adultes); mensuel (15$ étudiants; 25$ résidents; 30$ non résidents); 4 mois (50$ étudiants; 80$ résidents; 100$ non résidents).

Pour nous transmettre vos commentaires, suggestions ou questions, trois méthodes: en personne, par courriel (gym.st.ulric@gmail.com) ou sur notre page Facebook (Gym St-Ulric).